Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

Moyen-Orient

L'unité des pays arabes en quête d'un nouveau souffle

Texte par Tahar HANI

Dernière modification : 22/01/2009

Après de trois semaines de guerre dans la bande de Gaza, les régimes arabes sont-ils prêts à surmonter leurs divisions historiques ? Et à contredire le dicton qui veut que "les Arabes se sont mis d’accord pour ne jamais l’être".

A chaque fois qu’un membre de la Ligue arabe doit faire face à une grave crise politique, c’est l’unité des pays arabes qui est mise à l’épreuve. Lundi dernier depuis le sommet économique de Koweït City, le roi Abdallah d’Arabie saoudite a invité les dirigeants arabes à mettre de l’ordre dans leur maison : "Je vous appelle au nom de Dieu à vous élever au-dessus de nos différences et à décevoir les attentes de nos ennemis en prenant une position honorable." Et au souverain wahhabite d’ajouter : "Permettez-moi, au nom de tous, de proclamer que nous avons dépassé la phase de divergences et ouvert la voie à la fraternité et à l’unité de tous sans exclusive."

 

Vœu pieux ou changement de cap ? Pour Tahan Bassam, chercheur à l’Ecole pratique des hautes études de Paris, il est clair qu’un vent nouveau souffle sur le monde arabe. "La guerre de Gaza a réussi à mettre d’accord des Etats qui avaient des visions complètement opposées sur la question palestinienne ainsi que sur la place du Hamas et du Hezbollah sur l’échiquier politique arabe, constate l’universitaire. L’Egypte a, par exemple, compris qu’elle risquait d’être confrontée à de graves problèmes internes si elle continuait à s’aligner sur les thèses américaines."


"Le sommet du Qatar et de Koweït City ont brisé la glace"

 

 

Cette même guerre a également mis en lumière deux visions contradictoires. Défendue par l’Egypte, l’Arabie saoudite et la Jordanie - l’axe modéré, aligné sur les positions américaines -, la première consiste à soutenir l’Autorité palestinienne et l’initiative de paix avec Israël signée à Beyrouth en 2002.


La seconde vision soutient le Hamas ainsi que le Hezbollah et défend leur droit à la résistance face à Israël. Ce point de vue est celui notamment de la Syrie et du Qatar, deux pays partisans d’une ligne dure à l’égard de l’Etat hébreu.

 

C’est cette dernière école qui semble gagner du terrain, selon Tahan Bassam. En témoigne, dit-il, le changement de position opéré par l’Arabie saoudite.


En effet, Ryad, dans un langage inhabituel, a averti Israël que l’initiative de paix décidée au sommet de Beyrouth en 2002 ne "peut pas rester indéfiniment sur la table et que le choix entre la paix et la guerre ne doit plus durer".

 

Pour Fayçal Jelloul, écrivain libanais, spécialiste du monde arabe, "il est vrai que la réconciliation inter-arabe est en marche, mais elle demeure encore fragile. Le camp modéré s’est rendu compte, à la lumière de la guerre à Gaza, du décalage existant entre ses propositions et la rue arabe". Aux yeux de Fayçal Jelloul, "le sommet du Qatar et de Koweït City ont au moins permis de briser la glace entre les leaders arabes, qui ont pu constater ensemble qu’Israël n’a rien fait de l’initiative de paix décidée au Liban en 2002."

 

Mais l’unité arabe peut-elle réellement se faire sans la réconciliation des factions palestiniennes d’abord entre elles, puis avec l’Autorité palestinienne dirigée par Mahmoud Abbas ? Les nombreuses réunions programmées dès aujourd’hui au Caire, en Egypte, entre tous ces belligérants apporteront sans doute de nouvelles réponses.

Première publication : 22/01/2009

COMMENTAIRE(S)