Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Amériques

Obama prête serment une seconde fois

Vidéo par Meriem Amellal

Dernière modification : 22/01/2009

Après la prestation de serment quelque peu confuse du 20 janvier, le nouveau président américain Barack Obama a souhaité, par précaution, se plier une seconde fois à l'exercice. À la Maison Blanche cette-fois-ci.

 Retrouvez aussi notre dossier consacré à l'investiture de Barack Obama

 

AFP - Barack Obama a pris la décision rarissime de prêter le serment de président une deuxième fois mercredi, après un cafouillage la veille lors de la première cérémonie d'investiture en public, a indiqué la Maison Blanche.

M. Obama a prononcé les mots solennels dans la Salle des cartes de la Maison Blanche en tout petit comité, alors que la prestation de serment de la veille s'était déroulée devant des centaines de milliers de spectateurs et sous les yeux du monde entier.

Mais l'événement historique ne s'était pas déroulé totalement comme prévu puisque M. Obama avait été induit en erreur par le président de la Cour suprême John Roberts qui avait récité dans le désordre le texte solennel prévu par la Constitution.

La Maison Blanche pense néanmoins que la prestation de serment de mardi était valable, a indiqué le responsable de la Maison Blanche pour les affaires juridiques, Greg Craig.

"Mais le serment est inscrit dans la Constitution elle-même. Par souci de précaution, parce qu'un mot a été déplacé, le président de la Cour suprême John Roberts a procédé à la prestation de serment une deuxième fois", a-t-il dit.

"Nous avons décidé de recommencer parce que c'était tellement amusant", a plaisanté M. Obama, en attendant sur un canapé de prononcer à nouveau le serment.

"Etes-vous prêt à prêter serment", lui a demandé le juge Roberts après avoir passé sa robe noire.

"Je suis prêt, nous allons faire ça très lentement", a répondu M. Obama continuant à blaguer.

"Moi, Barack Hussein Obama, je jure solennellement de remplir fidèlement les fonctions de président des États-Unis, et, dans toute la mesure de mes moyens, de sauvegarder, protéger et défendre la Constitution des États-Unis", a alors déclamé M. Obama.

L'affaire a pris une trentaine de secondes.

"Félicitations, une nouvelle fois", a dit le juge Roberts.

Les choses s'étaient moins bien passées la veille. M. Obama avait là aussi répété après M. Roberts, mais un moment de gêne était apparu quand M. Obama s'était rendu compte que M. Roberts avait placé le mot "fidèlement" après "président des Etats-Unis", et non pas avant comme écrit dans la loi fondamentale.

M. Obama s'était interrompu, avant que M. Roberts ne répète le morceau de phrase, à nouveau dans le désordre. M. Obama avait obtempéré et fini son serment tel qu'il l'avait entendu.

Selon des experts de la loi, la seconde prestation de serment relevait bien d'un luxe de précaution. Ils disent qu'en vertu du 20e amendement de la Constitution, le mandat du président expire le 20 janvier à midi, et que c'est à ce moment-là que le vainqueur de la présidentielle prend sa succession.

Ainsi, au moment où il prononçait le serment mardi, peu après midi, M. Obama était déjà le 44ème président des Etats-Unis.

Jeffrey Rosen, un spécialiste de la Constitution, fait observer que cette gaffe n'était pas la première.

Le président de la Cour suprême William Howard Taft, qui avait été lui-même président de 1909 à 1913, avait quasiment réinventé le texte quand il avait fait prêter serment à Herbert Hoover en 1929, dit M. Rosen.

Au lieu de dire "sauvegarder, protéger et défendre", M. Taft avait dit "sauvegarder, maintenir et défendre".
 

 

Première publication : 22/01/2009

COMMENTAIRE(S)