Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

Amériques

L'équipe Obama

Texte par Benjamin DODMAN

Dernière modification : 08/02/2009

Pour constituer son équipe, Barack Obama a choisi des poids lourds du Parti démocrate, comme Hillary Clinton pour le secrétariat d'État. Le secrétaire à la Défense de l'administration Bush, Robert Gates, reste au Pentagone.

 

En nommant Hillary Clinton au poste prestigieux de secrétaire d’État, Barack Obama a démontré sa volonté de soigner les vieilles blessures provoquées par l’épisode amer des Primaires. Confier trop de pouvoir à une ancienne rivale jouissant d’une grande popularité aux Etats-Unis et à l’étranger pourrait s’avérer risqué. Mais ce choix d’une personnalité politique de grande envergure pourrait donner du poids à l'engagement présidentiel de prendre une part active dans les zones de conflit les plus chaudes. Et si leur collaboration se passe bien, leur duo pourrait faire des étincelles sur la scène mondiale.

 

 

Le secrétaire à la Défense, Robert Gates, est le seul rescapé de l’administration Bush. Mais avec une armée mise à rude épreuve et engagée sur deux fronts, ce n’était pas le moment pour Obama de jouer à l’apprenti sorcier. Respecté de part et d’autres de la classe politique, Bob Gates s’est distingué en réglant un certain nombre de problèmes laissés par son prédécesseur, Donald Rumsfeld, en Irak. Il fait désormais face à un défi plus important : finir en Afghanistan ce que l’administration Bush a commencé.

 

 

 

 

 

Pour orchestrer les efforts afin de résoudre la plus grave crise économique depuis la Grande Dépression, le président Obama a choisi deux politiciens aguerris. Timothy Geithner, ancien président de la banque de la Réserve fédérale de New York et candidat choisi par le président pour le secrétariat au Trésor, est unanimement respecté dans la classe politique et les milieux d’affaires. La révélation selon laquelle il aurait oublié, en toute bonne foi, de payer l’équivalent de 34 000 dollars d’impôts entre 2001 et 2004 ne devrait pas lui coûter son poste.

 

 

 

 

 

Ancien secrétaire au Trésor de Bill Clinton, Larry Summers apporte à Barack Obama, comme principal conseiller économique, des années d’expérience à la tête de l’économie américaine. Larry Summers, qui a déjà exercé le poste de président de l’université Harvard, a durement critiqué la réponse de l’administration Bush à la crise financière. Pourtant, certains, pour qui il reste l’artisan du "laissez-faire" économique des années 1990, se demandent s'il peut vraiment incarner le changement promis par M. Obama.

 

 

 

 

Peu d’institutions ont été aussi critiquées que la Commission de sécurités et des échanges (SEC) dont le rôle consiste à faire en sorte que les marchés observent de bonnes pratiques. La personne chargée de restaurer la crédibilité de l’organisme de contrôle boursier est Mary Schapiro, une régulatrice expérimentée que le président Obama a qualifié "d’intelligente et stricte". Ses détracteurs attirent l’attention sur le fait qu’elle est coupable d’avoir laissé passer les fraudes de Madoff et autres escrocs alors qu’elle dirigeait l’Autorité de régulation financière et industrielle. Fera t-elle mieux à ses nouvelles fonctions ?

  

Critique virulent de la torture et des pratiques de "waterboarding" (torture par simulation de noyade), Eric Holder a été désigné pour prendre la tête du département de la Justice. Eric Holder, qui est lui aussi un vétéran de l’administration Clinton, deviendra le premier ministre de la Justice noir des Etats-Unis. Ses états de service ont été un peu entachés par la grâce accordée à la dernière minute par le président Bill Clinton à Marc Rich, un homme d’affaires condamné pour évasion fiscale, fraude et enfreinte à l’embargo sur l’Iran.

 

 

 

 

 

Le choix d’Obama pour conduire la réforme du système de santé américain, Tom Daschle, pourrait se retrouver face à un défi encore plus vertigineux. Barack Obama avait promis de pousser pour une refonte du système de santé et l’extension significative de l’assurance maladie. Toutes les précédentes tentatives pour mettre en place un système de soins public se sont heurtées à l’opposition du Congrès. Mais peu de gens connaissent le Capitole mieux que Tom Daschle, un ancien président du groupe démocrate. La crise économique augmentant le nombre de laissés-pour-compte, le temps de la réforme est sans doute venu.

 

  

Lauréat du prix Nobel de physique et militant acquis à la cause du changement climatique, le secrétaire à l’Énergie, Steven Chu, incarne le vent de changement qui souffle désormais sur Washington. M. Chu devrait travailler avec la responsable des questions environnementales, Carol Browner, afin de promouvoir les sources d’énergie renouvelable et faire des emplois "verts" une des clés de la relance économique

 

Première publication : 23/01/2009

COMMENTAIRE(S)