Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"L'abri" : plongée dans un centre d'hébergement pour SDF

En savoir plus

FOCUS

À Toulon, la communauté musulmane tente de lutter contre "l'islamalgame"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola : un an après le début de l'épidémie, quel bilan tirer ?

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La réponse un peu courte d'Obama à Netanyahou"

En savoir plus

SUR LE NET

Égypte : la Toile se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande face au FN"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls veut son "Islam de France"

En savoir plus

Afrique

Quatre touristes européens enlevés près de la frontière

Vidéo par Céline BRUNEAU

Dernière modification : 23/01/2009

Deux Suisses, un Allemand et un Britannique ont été enlevés "sur le territoire du Niger", alors qu'ils revenaient d'un festival dans le nord du Mali, selon une source malienne. Ils voyageaient dans un convoi composé de trois véhicules.

AFP - Quatre touristes étrangers -deux Suisses, un Allemand, un Britannique- ont été enlevés jeudi "sur le territoire du Niger" alors qu'ils revenaient d'un festival dans le nord du Mali, a-t-on appris auprès du gouverneur de la région malienne de Gao (Nord).

Ces enlèvements ont eu lieu plus d'un mois après la disparition au Niger de deux diplomates canadiens travaillant pour les Nations unies.

"Nous venons de faire les dernières vérifications, il y a au total quatre touristes européens enlevés en territoire nigérien, non loin du territoire malien: un Allemand, un Anglais et deux Suisses", a déclaré à l'AFP le gouverneur, le général malien Amadou Baba Touré, joint par téléphone dans la localité malienne d'Andéramboukane.

Selon une source sécuritaire malienne, l'enlèvement a eu lieu dans la localité nigérienne de Bani-Bangou, à une soixantaine de kilomètres de la frontière avec le Mali et à plus de 200 kilomètres au nord-ouest de Niamey.

De sources concordantes, le groupe de touristes avait pris la route vers le Niger après avoir participé au festival de la culture nomade organisé à Andéramboukane (cercle de Ménaka, au Mali). Ils voyageaient dans un convoi de trois véhicules, avec des accompagnateurs africains, lorsqu'ils ont été arrêtés par des hommes en armes.

"Le premier chauffeur du convoi a pu s'échapper malgré les coups de feu tirés contre son véhicule. Mais aucun des touristes européens ne se trouvait à bord de ce véhicule", a indiqué le général Touré.

Les deux autres véhicules du convoi ont été alors arrêtés: les pneus des voitures ont été crevés et les touristes capturés, mais les assaillants ont laissé leurs affaires sur place, selon la même source.

"Dès que nous avons appris l'affaire par le premier véhicule du convoi qui a pu revenir au Mali, nos troupes, en vertu du droit de poursuite qui existe entre le Mali et le Niger ont tout de suite suivi les traces des autres véhicules", a expliqué le gouverneur de Gao.

"Nous avons pu ramener en territoire malien les deux véhicules, avec les bagages des touristes. Les hommes qui ont enlevé les touristes n'ont pas touché aux autres passagers", leurs accompagnateurs africains, a-t-il affirmé.

A Berlin, le ministère allemand des Affaires étrangères a fait état jeudi d'"informations selon lesquelles une Allemande a disparu en milieu de journée au Mali".

Une source sécuritaire malienne a évoqué la disparition à la mi-décembre de deux diplomates canadiens au Niger, en soulignant que leur véhicule et leurs affaires avaient également été trouvés sur place.

"C'est presque exactement comme l'affaire des deux diplomates canadiens", a commenté cette source sécuritaire, mettant en avant l'existence d'"une milice peul sévissant à la frontière entre Mali et Niger".

Le Canadien Robert Fowler, envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU pour le Niger, et son assistant Louis Guay, sont portés manquants ainsi que leur chauffeur nigérien Soumana Moukaila, depuis une excursion le 14 décembre dans une mine d'or exploitée par une société canadienne à Samira. Leur voiture avait été retrouvée le lendemain sur une route à quelques dizaines de kilomètres à l'ouest de Niamey.

Le président nigérien Mamadou Tandja avait affirmé le 13 janvier qu'ils étaient aux mains de "groupes terroristes". Les deux principaux mouvements armés touareg ont nié toute responsabilité dans la disparition des deux diplomates.
 

Première publication : 23/01/2009

COMMENTAIRE(S)