Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des troupes sénégalaises et nigérianes aux frontières de la Gambie

En savoir plus

FOCUS

Centrafrique : les déplacés disent adieu à contrecœur au camp de Mpoko

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Live by Night ", quand Ben Affleck joue les gangsters

En savoir plus

FACE À FACE

Primaire à gauche : Manuel Valls en difficulté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Brexit et météo : le froid s'installe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Un effet Trump" sur l'emploi américain ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brexit rime avec "Frexit"

En savoir plus

Amériques

Cuba salue la fermeture de la prison décrétée par Obama

Dernière modification : 24/01/2009

Le ministre cubain des Affaires étrangères, Felipe Pérez Roque, a salué vendredi la décision annoncée par le président américain Barack Obama de fermer le centre de détention de la base de Guantanamo d'ici la fin de l'année.

Retrouvez notre dossier consacré à l'investiture de Barack Obama

Lisez aussi le témoignage d'un ex-détenu de Guantanamo

  

AFP - Le ministre cubain des Affaires étrangères, Felipe Pérez Roque, a salué vendredi à Guatemala la décision annoncée par le président américain Barack Obama de fermer le centre de détention de la base de Guantanamo, établie à Cuba.
  
"Je considère comme une avancée positive la décision du président Obama de fermer le centre de détention et de tortures qui s'est établi à Guantanamo", a-t-il déclaré.
  
"L'existence d'un centre où l'on a exercé des tortures physiques et psychologiques, où l'on a humilié des prisonniers, est une offense à l'humanité", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse au cours d'une visite au Guatemala.
  
Cuba attend maintenant des Etats-Unis la décision de démanteler la base navale de Guantanamo, installée depuis plus d'un siècle sur son territoire, a-t-il poursuivi.
  
"La base navale de Guantanamo est maintenue contre la volonté du peuple et du gouvernement de Cuba. Nous espérons pouvoir la récupérer pacifiquement et pouvoir exercer à nouveau notre souveraineté sur le territoire qu'elle occupe aujourd'hui", a-t-il conclu.
  
Le chef d'Etat cubain, Raul Castro, avait antérieurement déclaré que son pays commencerait à "insister plus fermement sur la fermeture de la base navale de Guantanamo, dans un entretien publié vendredi par le quotidien russe Izvestia.

Première publication : 24/01/2009

COMMENTAIRE(S)