Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

2017-03-27 21:47 LE JOURNAL DE L'AFRIQUE

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie : 15 jours de prison pour Alexeï Navalny

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces jeunes qui ont choisi de voter FN

En savoir plus

À L’AFFICHE !

China Moses : retour d'une princesse du swing

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, honteux et confus"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je ne sais pas pour qui voter"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Brexit : l'exil des startups ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Brexit : Londres officialisera sa demande de divorce le 29 mars

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Référendum constitutionnel : la diaspora turque en Allemagne à l'heure du vote

En savoir plus

Amériques Amériques

Evo Morales nationalise l'entreprise pétrolière Chaco

Dernière modification : 24/01/2009

À deux jours d'un référendum sur une nouvelle Constitution voulue par sa majorité, le président bolivien Evo Morales a nationalisé vendredi l'entreprise pétrolière Chaco, gérée par une société à capitaux argentins et britanniques.

AFP - Le président bolivien Evo Morales, a nationalisé vendredi l'entreprise pétrolière Chaco, gérée par la société Panamerican Energy, à capitaux argentins et britanniques.

"Petit à petit nous récupérons nos entreprises", a déclaré M. Morales, à l'occasion de la cérémonie publique qui s'est tenue dans les bureaux du groupe Chaco, dans la localité de Entre Ríos, dans le département de Cochabamba (centre), où il a signé le décret de nationalisation.

Le président Morales avait déjà annoncé la nationalisation de Chaco le 1er mai 2008 avant d'ouvrir une phase de négociations avec Panamerican Energy sur les conditions de transfert de la totalité des actions en vue de prendre le contrôle total de l'entreprise.

Cette mesure survient à deux jours d'un référendum populaire pour l'adoption ou le rejet d'une nouvelle Constitution plus étatiste et indigéniste voulue par sa majorité.

Première publication : 24/01/2009

COMMENTAIRE(S)