Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Costa-Gavras, le cinema engagé sur la Croisette

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des Coptes en Egypte

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hommage à Jean-Karim Fall : la rédaction de France 24 en deuil

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Tournée diplomatique de Trump: des débuts réussis ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à Manchester : 22 morts, le groupe EI revendique l'attaque

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Nicole Kidman, reine de la Croisette

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Les climatosceptiques à la Maison Blanche

En savoir plus

Amériques Amériques

Evo Morales nationalise l'entreprise pétrolière Chaco

Dernière modification : 24/01/2009

À deux jours d'un référendum sur une nouvelle Constitution voulue par sa majorité, le président bolivien Evo Morales a nationalisé vendredi l'entreprise pétrolière Chaco, gérée par une société à capitaux argentins et britanniques.

AFP - Le président bolivien Evo Morales, a nationalisé vendredi l'entreprise pétrolière Chaco, gérée par la société Panamerican Energy, à capitaux argentins et britanniques.

"Petit à petit nous récupérons nos entreprises", a déclaré M. Morales, à l'occasion de la cérémonie publique qui s'est tenue dans les bureaux du groupe Chaco, dans la localité de Entre Ríos, dans le département de Cochabamba (centre), où il a signé le décret de nationalisation.

Le président Morales avait déjà annoncé la nationalisation de Chaco le 1er mai 2008 avant d'ouvrir une phase de négociations avec Panamerican Energy sur les conditions de transfert de la totalité des actions en vue de prendre le contrôle total de l'entreprise.

Cette mesure survient à deux jours d'un référendum populaire pour l'adoption ou le rejet d'une nouvelle Constitution plus étatiste et indigéniste voulue par sa majorité.

Première publication : 24/01/2009

COMMENTAIRE(S)