Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Moyen-Orient

L'ONU rouvre les portes de ses 221 écoles dans la bande de Gaza

Vidéo par Céline BRUNEAU

Dernière modification : 24/01/2009

Les 200 000 élèves inscrits dans les établissements scolaires gérés par l'ONU dans la bande de Gaza reprennent le chemin des cours. Plusieurs écoles ont été touchées par des bombardements pendant l'offensive israélienne.

Retrouvez notre dossier consacré à l'offensive israélienne sur Gaza en cliquant ici

 

AFP - Quelque 200.000 enfants de Gaza ont repris samedi le chemin de l'école après trois semaines de guerre où beaucoup ont perdu leur maison, des parents ou des proches, et restent traumatisés.

L'Agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens, l'Unrwa, a rouvert les 221 établissements scolaires qu'elle administre dans le territoire et dont beaucoup ont servi à abriter des dizaines de milliers de gens pendant l'offensive israélienne contre le Hamas, qui s'est achevée dimanche dernier.

A l'école de garçons Al-Zoukour de Beit Lahiya, les enfants se sont retrouvés dans la vaste cour avec leurs sacs trop grands sur le dos, criant et jouant près d'une salle de classe brûlée par un obus israélien.

L'établissement a été touché et incendié il y a une semaine. Deux garçons de cinq et sept ans y ont été tués et une dizaine de gens blessés, dont leur mère, qui a eu les jambes sectionnées, parmi les 1.600 personnes réfugiées là.

L'école est l'une des trois à avoir été visées par des tirs israéliens, le plus meurtrier ayant fait plus de 40 morts non loin de là, le 6 janvier, à Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza.

L'armée israélienne a assuré avoir répliqué à des attaques venues des bâtiments ou de leur proximité immédiate, mais le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est dit scandalisé et a exigé que les responsables rendent des comptes devant des instances judiciaires.

Christopher Gunness, porte-parole de l'Unrwa, a déclaré à l'AFP que l'agence souhaitait créer un sentiment de retour à la normale en rouvrant les écoles, même si les réparations ne sont pas achevées.

A Al-Zoukour, les séquelles d'un conflit qui a fait plus de 1.300 morts, dont un tiers d'enfants, selon les services médicaux palestiniens, ne sont pas seulement visibles sur les murs.

"Avancez si votre père ou votre mère sont morts en martyrs", déclare le directeur Riad Maliha au mégaphone alors que les enfants se sont mis en rangs. "Avancez si votre maison a été détruite", ajoute-t-il.

Plus de 20 écoliers font un pas en avant pour s'inscrire auprès de l'ONU et faire en sorte que leur famille puisse bénéficier d'une aide.

Parmi eux, Anas Abbas, un garçon de 12 ans, timide.

"Ils ont détruit notre maison et tué cinq de mes voisins. Les juifs étaient très près de chez nous", dit-il.

Comme les autres enfants, il revient sur son expérience en phrases courtes et répond souvent d'un seul mot, gardant pour lui-même la plupart de ce qu'il a vécu.

Le directeur, M. Maliha, explique que les premiers jours de classe seront consacrés à des séances où les enseignants tenteront d'amener les enfants à s'exprimer.

"Ils les encourageront à parler de ce qui s'est passé, de dessiner ou d'écrire là-dessus, dit-il. Imaginez ce à quoi les conversations vont ressembler. Des dizaines d'enfants traumatisés reprennent l'école aujourd'hui."

A Khitam Aziz, conseiller psychologique d'Al-Zoukour, les enfants posent des questions sur les traces du conflit: la salle de classe incendiée à l'étage, les trous laissés par les obus dans les murs.

"Ils me demandent pourquoi on a bombardé l'école et disent avoir peur qu'ils (les Israéliens) reviennent. On leur dit que les juifs ne reviendront pas attaquer l'école, qu'ils ne doivent pas avoir peur, qu'ils peuvent jouer", explique-t-il.

 
 

 NB : En raison du grand nombre de réactions au sujet du conflit à Gaza, nous ne pouvons en publier qu'une sélection sur le site. Merci de veiller à envoyer des réactions courtes, à éviter les hors-sujets et à rester corrects (voir la charte de modération).

Première publication : 24/01/2009

COMMENTAIRE(S)