Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les jihadistes consolident leurs positions en Irak et en Syrie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Athènes menace de ne pas rembourser le FMI en juin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La Grèce, la brute et le truand"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Festival de Cannes : "Ne boudons pas notre fierté"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Huppert et Depardieu dans "Valley of love"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Irlande prête à dire "Oui" au mariage gay ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : Explosion de grenades à Bujumbura

En savoir plus

Des militants déçus de l'ANC fondent un nouveau parti

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 25/01/2009

Le parti du Congrès du Peuple (Cope), dissidence de l'ANC au pouvoir, a promis d'adopter des nouvelles politiques pour lutter contre la pauvreté, dans son manifeste de campagne lancé samedi en vue des élections générales d'avril.

JOHANNESBURG (AFP) — "Le choix de l'Afrique du Sud en 2009 doit être l'espoir et le changement pour tous", a lancé le président du Cope, l'ancien ministre de la Défense Mosiuoa Lekota, devant 20.000 délégués réunis à Port Elizabeth (sud).

"Nous sommes prêts et nous allons gagner", a-t-il affirmé, alors que son parti représente, selon les analystes, une sérieuse menace pour le Congrès National Africain (ANC) au pouvoir depuis la fin de l'apartheid il y a 15 ans.

Ces élections devraient être les plus serrés depuis 1994, alors que l'ANC avait remporté 70% des voix lors du dernier scrutin en 2004.

Le Cope a été lancé en décembre par des déçus de l'ANC, après une lutte interne entre son actuel leader Jacob Zuma et l'ancien président Thabo Mbeki, contraint à la démission en septembre.

Selon son manifeste, le nouveau parti veut remettre en service une unité d'élite anti-criminalité, démantelée par le pouvoir, et envisage des peines de prison à perpétuité automatiques pour les criminels récidivistes.

Une nouvelle stratégie contre la pauvreté sera dévoilée dans les six mois suivants l'élection, la législation sur la solvabilité des entreprises sera révisée, et un fonds de stabilisation sera mis en place, pour aider les entreprises en difficulté.

Le Cope souhaite aussi que le président sud-africain, les chefs de provinces et les maires soient élus au suffrage universel direct et non plus nommés par le parti au pouvoir.

Première publication : 24/01/2009

COMMENTAIRE(S)