Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Migrants : Gao, aux portes du désert, carrefour des routes qui mènent en Europe

En savoir plus

DÉBAT

Laurent Fabius à Téhéran : l'Iran réconcilié avec l'Occident ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Laurent Fabius à Téhéran : l'Iran réconcilié avec l'Occident ? (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Esclaves mauritaniennes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le but en or de Platini"

En savoir plus

DÉBAT

Barack Obama en Afrique : quel bilan? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Barack Obama en Afrique : quel bilan? (partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Colombie : face aux bandes armées à Buenaventura, un quartier résiste

En savoir plus

Un foyer de grippe aviaire dans un élevage de dindes

Dernière modification : 26/01/2009

Les autorités canadiennes ont confirmé la découverte d'un foyer de grippe aviaire dans un élevage de volailles près de Vancouver, mais ont minimisé les risques pour l'homme. Par sécurité, plus de 50 000 dindes vont être abattues.

Reuters - Des tests ont confirmé la découverte d'un foyer de grippe aviaire dans un élevage de volailles près de Vancouver mais les risques pour l'homme semblaient minimes, ont annoncé samedi les autorités canadiennes.

 

Afin d'éviter que le virus ne s'étende à d'autres fermes, plus de 50.000 dindes vont être abattues dans l'élevage d'Abbotsford, en Colombie britannique, bien que la procédure de confinement y ait été bien apliquée, a expliqué l'Agence de sécurité alimentaire du Canada.

 

Les tests pratiqués sur les animaux malades ont permis de confirmer qu'ils étaient porteurs d'une souche H5 de la grippe aviaire, sans déterminer exactement laquelle.

 

Il faudra encore quelques jours pour savoir s'il s'agit d'une souche hautement pathogène, mais les autorités sanitaires semblaient exclure cette hypothèse samedi.

 

La grippe aviaire avait déjà frappée cette région du Canada en 2004 et 2005. La première année, quelque 17 millions de volailles avaient dû être abattues pour stopper la progression du virus.

 

La souche H5N1 peut contaminer des êtres humains et a causé la mort d'au moins 252 personnes dans le monde depuis 2003, selon l'Organisation mondiale de la santé.

Première publication : 25/01/2009

COMMENTAIRE(S)