Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : "Oui" à 73% pour la réforme voulue par Nkurunziza

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les francs-maçons interdits de gouvernement en Italie

En savoir plus

LE DÉBAT

Italie : l'alliance qui fait trembler l'Europe

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Microfinance : on ne prête qu’aux pauvres

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Yves Duteil : avec "Respect", le poète chanteur signe son grand retour

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le commandant Nicolas Maduro va poursuivre la révolution"

En savoir plus

L’invité du jour

Nadège Beausson-Diagne : "Nous sommes Noires avant d'être nous"

En savoir plus

FOCUS

Nicaragua : face au président Ortega, la colère des étudiants

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Italie : un programme qui entend mettre fin à "l'austérité"

En savoir plus

Amériques

Les États-Unis se disent prêts à discuter avec l'Iran

Vidéo par Sonia DRIDI

Dernière modification : 27/01/2009

La nouvelle ambassadrice américaine à l'ONU, Susan Rice, annonce que les États-Unis vont adopter une diplomatie "vigoureuse" et "directe" vis-à-vis de Téhéran, afin d'aboutir à "la fin du programme nucléaire" de la République islamique.

La vidéo de l'interview de Barack Obama sur Al-Arabiya

 

AFP - Les Etats-Unis vont adopter vis-à-vis de l'Iran une "diplomatie vigoureuse" qui comprendra une "diplomatie directe", a affirmé lundi la nouvelle ambassadrice américaine à l'ONU, Susan Rice.

"Nous demeurons profondément préoccupés par la menace que constitue le programme nucléaire iranien pour la région, pour les Etats-Unis et pour la communauté internationale tout entière", a déclaré Mme Rice à la presse.

"Il nous tarde de nous engager dans une diplomatie vigoureuse, qui comprendra une diplomatie directe vis-à-vis de l'Iran, ainsi que la poursuite de notre collaboration et partenariat avec le P5+1", a-t-elle ajouté dans sa première déclaration à l'ONU depuis sa nomination.

L'expression "P5+1" désigne les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie) et l'Allemagne, qui sont impliqués dans les discussions sur le programme nucléaire iranien.

"Nous étudierons ce qu'il sera nécessaire et approprié de faire afin de maintenir la pression, dans le but d'obtenir la fin du programme nucléaire de l'Iran", a poursuivi Mme Rice.

"Le dialogue et la diplomatie doivent aller de pair avec un message très ferme de la part des Etats-Unis et de la communauté internationale, selon lequel l'Iran doit remplir ses obligations définies par le Conseil de sécurité et la poursuite de son refus ne fera qu'augmenter la pression", a-t-elle dit.

Mme Rice s'exprimait juste après avoir présenté ses lettres de créance au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

Selon le dernier rapport, paru en novembre, de l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA), l'Iran continue à ignorer les injonctions du Conseil de sécurité lui ordonnant de geler ses activités d'enrichissement d'uranium et bloque toujours l'enquête sur un éventuel volet militaire de son programme nucléaire.

La communauté internationale soupçonne le programme nucléaire iranien d'avoir une finalité militaire, alors que Téhéran soutient qu'il est purement civil.

Le Conseil de sécurité a déjà adopté quatre résolutions, dont trois assorties de sanctions économiques et commerciales, exigeant de l'Iran qu'il suspende ses activités d'enrichissement d'uranium.

Première publication : 26/01/2009

COMMENTAIRE(S)