Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Juppé n'est pas le Père Noël"

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

Economie

General Motors licenciera 2 000 personnes aux États-Unis

Dernière modification : 27/01/2009

Le constructeur automobile américain General Motors annonce qu'il va supprimer quelque 2 000 emplois supplémentaires au sein de deux usines des États-Unis. Toute la conséquence des baisses de la demande et de la production...

AFP - Le constructeur automobile américain General Motors a annoncé lundi la suppression de 2.000 emplois supplémentaires dans deux de ses usines aux Etats-Unis, en raison de la chute de la demande qui le contraint à réduire fortement sa production.

Les sites touchés sont une usine dédiée à la production de 4x4 dans l'Ohio (nord) et une consacrée au montage de berlines dans le Michigan (nord). Une équipe de production sera supprimée sur chacun de ces deux sites.

"Bien que que toutes nos usines en Amérique du nord vont redémarrer au premier trimestre (après les congés de fin d'année), nombre d'entre elles verront un accroissement du chômage technique au cours des premier et deuxième trimestres", a expliqué à l'AFP une porte-parole du groupe, Susan Waun.

Neuf des quinze usines du groupe aux Etats-Unis et une de ses usines au Canada connaîtront des arrêts hebdomadaires de production, mais l'ampleur de ces mesures n'a pas été arrêtée, a indiqué Mme Waun.

Les suppressions de postes sont "faites pour ajuster notre production à la demande de marché, et nous surveillons la situation de très près ces temps-ci", a ajouté cette dernière.

Elle faisait référence au fait que le constructeur de Detroit doit présenter les grandes lignes d'un plan de retour durable à la rentabilité d'ici la mi-février. GM doit faire la preuve au Congrès avant la fin mars qu'il peut être viable, sous peine d'avoir à rembourser les aides reçues.

GM a obtenu fin décembre un prêt relais de 4 milliards de dollars. Il attend encore 5,4 milliards de dollars ce mois-ci, et quatre milliards en février.

Depuis l'exercice 2005 et jusqu'au troisième trimestre 2008, GM a cumulé près de 72 milliards de dollars de pertes nettes.

GM, qui a perdu en 2008 son titre de premier constructeur automobile mondial à la faveur du japonais Toyota, a vu ses ventes aux Etats-Unis chuter de 23% l'an dernier, contre une baisse de 18% pour l'industrie dans son ensemble.

Face au déclin du marché automobile, le premier constructeur automobile américain a réduit ses volumes de production pour la région Amérique du nord de 21% au quatrième trimestre 2008, puis de 53% au premier trimestre 2009.

Fin 2008, GM comptait 62.000 ouvriers de production payés à l'heure et 29.500 salariés administratifs aux Etats-Unis, contre respectivement 105.000 et 36.000 en 2005, lorsque le groupe avait entamé une première restructuration, qui n'a jamais cessé depuis.

A la Bourse de New York, l'action GM perdait 1,75% à 3,43 dollars à 17H45 GMT.

Première publication : 26/01/2009

COMMENTAIRE(S)