Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Economie FRANCE

L'instruction du dossier Kerviel est terminée

Vidéo par Lise BARCELLINI

Dernière modification : 28/01/2009

Un an après, les juges d'instruction annoncent avoir terminé leurs investigations concernant Jérôme Kerviel. Et doivent décider si le trader, responsable des pertes de la Société Générale, doit se présenter devant un tribunal correctionnel.

AFP - Les juges chargés de l'enquête sur les falsifications imputées au trader Jérôme Kerviel qui ont coûté 4,9 milliards d'euros à la Société générale, ont mis fin à leurs investigations, un an après la révélation de l'affaire, a-t-on appris lundi de sources proches du dossier.
  
Quatre jours après la dernière audition du trader jeudi, au cours de laquelle ses avocats ont sans succès demandé aux magistrats de nouveaux actes d'enquête, les juges Renaud van Ruymbeke et Françoise Desset ont officiellement notifié la fin de leur enquête, ouverte le 28 janvier 2008.
  
La défense de Jérôme Kerviel et la banque - partie civile dans l'affaire - disposent maintenant de trois mois pour réclamer éventuellement des actes d'enquête complémentaires.
  
Le parquet prendra ensuite ses réquisitions visant ou non au renvoi devant le tribunal correctionnel de Jérôme Kerviel et de son assistant Thomas Mougard, également poursuivi dans ce dossier.
  
L'ancien trader est mis en examen pour "abus de confiance", "faux et usage de faux" et "introduction frauduleuse de données dans un système informatique".
  
Il est soupçonné d'avoir pris des positions non-autorisées sur les marchés financiers qui ont atteint 50 milliards d'euros en janvier 2008 et engendré une perte de 4,9 milliards pour la Société générale, la plus importante dans l'histoire de la finance imputable à un trader.
  
Son assistant est pour sa part poursuivi pour "complicité d'introduction frauduleuse de données dans un système informatique".

Première publication : 26/01/2009

COMMENTAIRE(S)