Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le copilote de la Germanwings était-il dépressif ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Offensive militaire au Yémen - Elections départementales en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crash de l'A320 de Germanwings - Les élections au Nigeria

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Chômage, au-delà de la courbe

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : la fête nationale endeuillée par l'attentat du Bardo

En savoir plus

MODE

Alaïa, Jarrar et Kayrouz marient l'ascèse à la sensualité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Nigeria : les 2 principaux rivaux signent un accord de paix

En savoir plus

#ActuElles

Les super héroïnes débarquent dans la BD

En savoir plus

FRANCE

Onze personnes tuées, plus de 600 millions d'euros de dégâts

Vidéo par Céline BRUNEAU

Dernière modification : 28/01/2009

En France, 11 personnes sont décédées des suites de la tempête qui a balayé, samedi, le Sud-Ouest, selon un bilan de la Sécurité civile. Les assureurs estiment les dommages à plus de "600 millions d'euros".

AFP - L'ensemble des stations de pompage et des châteaux d'eau des Landes ont été raccordés mardi selon la préfecture du département, alors que le travail se poursuivait dans tout le Sud-Ouest pour rétablir l'électricité dans quelque 352.000 foyers qui en étaient encore privés.


Mardi matin "l'ensemble des châteaux d'eau et des stations de pompage étaient rétablis en électricité par raccordement au réseau ou à des groupes électrogènes" mais en raison de "ruptures de canalisations" ou de fuites "certaines communes ou habitations isolées" ne sont pas encore desservies, a indiqué à l'AFP le directeur de cabinet du préfet Serge Gonzales.

Environ 92.000 foyers étaient toujours privés d'électricité dans les Landes, département le plus touché par la violente tempête de samedi, -contre 200.000 au départ-, et 167 communes étaient totalement privées de courant mardi matin, a-t-on indiqué de même source précisant que "la ruine des installations électriques restait très importante".

En tout, quelque 352.000 foyers étaient toujours privés d'électricité mardi matin dans les départements touchés par la tempête, selon ERDF qui assure la distribution d'énergie chez les particuliers. En Aquitaine 258.000 clients touchés, contre 79.000 en Midi-Pyrénées et 15.000 dans le Languedoc-Roussillon.

Dans les Landes, les conditions de circulations peuvent encore être "localement difficiles" en raison de la présence de "câbles électriques ou de branchages", a précisé M. Gonzales. Pour cette raison, "tous les transports scolaires restaient interdits" mardi matin, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, une nouvelle reconnaissance des dégâts sur la forêt doit être opérée mardi avec un survol par hélicoptère. Des premières estimations, à "prendre avec prudence", avaient fait état samedi de "60 à 80%" de forêt détruite "sur les zones les plus touchées dans les Landes", a-t-il ajouté.

Le ministre de l'Agriculture Michel Barnier reçoit mardi à 16H00 à Paris tous les acteurs concernés par le bois, un secteur déjà sinistré il y a dix ans par la tempête de décembre 1999.

Le trafic ferroviaire restait encore très perturbé dans la région Aquitaine et lundi soir le président de la SNCF, Guillaume Pepy, a estimé qu'il ne reprendrait "sans doute" totalement que dans une à deux semaines.

Le réseau de téléphonie mobile était également très touché et environ 350.000 abonnés de SFR et 60.000 de Bouygues Telecom n'avaient toujours pas accès au réseau de téléphonie mobile lundi soir. Environ 200.000 clients étaient privés de téléphone fixe lundi soir dans le Sud-Ouest.

En revanche, de nombreux collèges et lycées, fermés lundi par mesure de sécurité, ont pu rouvrir leurs portes mardi.

En raison de risques d'inondation, la vigilance orange était maintenue dans huit départements, la Charente-Maritime, la Charente, la Dordogne, la Gironde, les Landes et le Gers, les Hautes-Pyrénées et le Lot-et-Garonne.

 

Première publication : 27/01/2009

COMMENTAIRE(S)