Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

SCIENCES

Toujours plus de gorilles en RDC malgré le conflit

Dernière modification : 27/01/2009

Selon une étude publiée par le Fonds mondial pour la nature (WWF), le nombre de gorilles de montagne vivant dans les zones de guerre de la République démocratique du Congo a augmenté, en dépit du récent conflit ayant touché le pays.

AFP - Les populations de gorilles de montagne vivant dans les zones de guerre de la République démocratique du Congo se sont accrues, contre toute attente, révèle une étude publiée mardi par le Fonds mondial pour la nature (WWF).

Selon le premier décompte réalisé depuis 15 mois dans la région du parc national de Virunga, la population de gorilles est passée de 72 à 81, souligne le WWF.

"Ces gorilles de montagne, habitués à la présence de l'homme, ne sont pas effrayés par sa présence et sont de ce fait particulièrement vulnérables", a souligné dans un communiqué un des responsables du WWF pour l'Afrique de l'Est, Marc Languy.

Ils vivent également dans une région où les braconniers mettent des pièges pour des espèces comme les antilopes: au cours de leur dernière visite, les rangers en ont découvert 400.

"Nous sommes rassurés de voir que contrairement à ce que l'on pouvait craindre, il y a plus de gorilles de montagne qu'auparavant" dans cette région, a noté Marc Languy.

"Cela montre clairement que les efforts de conservation doivent se poursuivre pour ces gorilles, qui restent menacés malgré les bonnes nouvelles apportées par le dernier décompte", a-t-il ajouté.

La semaine dernière une autre étude menée dans le parc national impénétrable de Bwindi, en Ouganda, avait fait état d'une diminution de la population de 10% par rapport aux précédentes estimations (302 contre 336).

Mais le dernier recensement a utilisé une nouvelle méthode, basée sur une étude génétique à partir des excréments.

"Nous ne savons pas exactement ce qui se passe avec cette population", a déclaré une spécialiste, Katerina Guschanski, de l'Institut Max Planck (Allemagne), dans le "New Scientist Magazine".

"Il faut probablement considérer en fait qu'elle est stable, et qu'il nous faudra encore 4 à 5 ans pour savoir comment elle change", a-t-elle estimé.

De nombreux spécialistes craignent une extinction des gorilles de montagne. Leur population totale dans la région des Grands lacs de l'Afrique centrale serait d'environ 700, selon le Programme des Nations unies pour l'environnement.

Par ailleurs, notent-ils, au cours de la dernière décennie, le nombre de gorilles de plaines orientaux, ou gorilles de Grauer, vivant en République démocratique du Congo aurait chuté de 17.000 à 5.000.

Première publication : 27/01/2009

COMMENTAIRE(S)