Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France insoumise : le coût du programme de Jean-Luc Mélenchon

En savoir plus

Afrique

Un charnier de victimes de la LRA découvert par la Monuc

Dernière modification : 28/01/2009

Un charnier contenant les restes d'une centaine de civils massacrés le 16 janvier par les rebelles ougandais de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) a été retrouvé par les casques bleus de la Monuc dans le nord-est de la RDC.

Reuters - Les casques bleus de la Monuc ont annoncé mercredi la mise au jour dans le nord-est de la République démocratique du Congo d'un charnier contenant les restes d'une centaine de civils massacrés le 16 janvier par les rebelles ougandais de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA).

Cette découverte porte à plus de 900 le nombre de civils congolais tués depuis le début, en décembre, de l'offensive conjointe des armées congolaise, ougandaise et soudanaise contre les maquis de la LRA, réputée pour ses exactions contre les civils et l'enrôlement d'"enfants-soldats".

Selon un porte-parole de la Monuc, 40 rebelles ougandais ont été tués depuis le début de l'offensive, déclenchée après le refus du mouvement de Joseph Kony de signer un acord de paix.

Première publication : 28/01/2009

COMMENTAIRE(S)