Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Economie

Entre les yachts et les accessoires, les maisons de luxe hésitent

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 28/01/2009

LVMH, Chanel, Richemont... Les grandes maisons de luxe n'échappent pas à la crise économique. Mais au moins ont-elles encore la possibilité de choisir leur stratégie : miser sur le très haut de gamme ou parier sur les produits abordables.

Le marché du luxe n’échappe pas à la crise financière... A moins que. Chaque entrepreneur espère encore trouver la niche ou le marché qui sera assez porteur pour ne pas faire couler sa société. Car l’argent n’a pas disparu. "Les marges de bénéfice restent fortes, entre 20 % et 30 %", fait remarquer Jean Castarède, auteur d’un "Que sais-je ?" consacré au "Luxe" (éditions PUF). Encore faut-il savoir sur quoi miser. Sur le très haut de gamme ou les accessoires, les yachts ou la bijouterie, le besoin de distraction ou les valeurs refuges : les stratégies diffèrent.


Certains placent tous leurs espoirs sur une clientèle extrêmement aisée, qui cherchera toujours des "petits cadeaux" à acheter. "Je pressens que ce sont les très riches qui vont faire tenir les maisons de luxe", affirme Eric Dalbin, directeur du label Dalbin qui organise des événements pour des maisons telles que Vuitton, Cartier, Dior et Gaultier. C’est ainsi que LVMH a racheté Royal van Lent, constructeur des luxuriants yachts Feadship, en septembre dernier.

 

"Nous essayons de prévoir l'après-crise"

 

C’est un mauvais calcul, estime Jean Castarède, pour qui "les palaces, les voitures et les bateaux de luxe ne sont pas indispensables. Ce seront les premiers secteurs du luxe à souffrir de la crise 2009." En revanche, le luxe abordable est, selon lui, durablement prospère : sacs à main, bijouterie, parfum… et même la gastronomie.

 

LVMH joue sur les deux tableaux : après les yachts, la maison de luxe a racheté les champagnes Montaudon en décembre dernier. Interrogé par l’émission Haute Couture de FRANCE 24 lors des défilés parisiens de janvier, Bernard Arnault, patron de LVMH, s'est expliqué. "Nous essayons de prévoir l’après-crise, a-t-il dit. Et nous voulons conquérir des parts de marché, comme nous l’avons toujours fait dans les crises précédentes. Je pense que nous allons y arriver."

 

Les stratégies s’affinent par niches. Jean-Paul Gaultier mise sur une gamme enfants, présentée à la Fashion Week de Paris. Louis Vuitton, lui, se concentre sur ses sacs à main - tous les mannequins du défilé parisien de janvier en portaient au moins un. Et la maison de luxe nourrit son image de marque, en faisant des dons au "Climate Change Project" d’Al Gore. La maison Gaspard Yurkievich mise sur un développement de 30 % en Corée du Sud. Les vêtements "milieu de gamme, appuyés par une image de luxe, bénéficient de la crise", explique Damien Yurkievich, interrogé dans l'émission Haute Couture sur FRANCE 24.

 

Chaque broderie compte

Mais la crise est bel et bien là. Et les contraintes budgétaires sont réelles. Premier signe alarmant : les réductions d’effectifs. Les CDD et intérimaires de Chanel ont été remerciés au 31 décembre 2008. Richemont a annoncé, le 23 janvier dernier, que des employés de Cartier allaient être mis au chômage

partiel.

Certains créateurs n’ont même pas pris le risque financier d’organiser un défilé à la Fashion Week de Paris. Les couturiers présents étaient moins nombreux que l’an passé. Chaque achat de tissu, chaque broderie compte.

Les grandes maisons, qui ne peuvent pas se permettre d'échapper au sacro-saint podium, ont été contraintes aux économies. Chanel s'est ainsi abstenue de louer le Grand Palais, comme c’était le cas ces dernières saisons, et a choisi un espace plus modeste, rue Cambon, dans le Ier arrondissement de Paris. Et Karl Lagerfeld a décidé de mettre prématurément un terme au périple autour du monde du "Chanel Mobile Art", une exposition itinérante d’art contemporain.
 

Première publication : 28/01/2009

COMMENTAIRE(S)