Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Loi Macron : la France, impossible à réformer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Dette grecque : que peut faire Alexis Tsipras ?

En savoir plus

#ActuElles

Le combat du Laos contre la mortalité maternelle

En savoir plus

FRANCE

Paris annonce une réduction de ses troupes à l'étranger

Vidéo par Julien FANCIULLI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 28/01/2009

Le Premier ministre français François Fillon a annoncé une réduction des effectifs de l'armée en Côte d'Ivoire, au Tchad et en Centrafrique. Deux navires de guerre français de la Finul se retireront également des côtes libanaises.

Le Premier ministre François Fillon a annoncé mercredi à l'Assemblée nationale le "maintien" du contingent français de la Finul au Liban-Sud, mais le retrait prochain des deux navires de guerre français qui participent à la "Finul maritime" au large des côtes libanaises.
  
Le "rôle stabilisateur" de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL) "ne se dément pas et il mérite le maintien des soldats français au sein de la FINUL renforcée", a souligné le chef du gouvernement.
  
"S’agissant de la FINUL maritime, dont nous assurons le commandement, son dispositif très dense ne se justifie plus vraiment", a-t-il jugé en revanche, annonçant que "les deux bâtiments de la Marine nationale qui y participent seront bientôt dirigés vers d’autres missions".

 

Il a également annoncé que la France retirerait d'ici l'été "au moins" 1.000 de ses 1.650 soldats de la force de l'Union européenne, Eufor Tchad/RCA, chargée de protéger les réfugiés du Darfour, dans le cadre de son remplacement par des casques bleus de l'ONU.
  
"Nous avons lancé l’Eufor comme une opération transitoire, en prévision de sa relève par une force des Nations Unies: cette promesse sera tenue, puisque le 15 mars prochain, la Minucart 2 remplacera la mission européenne", a déclaré le Premier ministre à l'Assemblée nationale, en préambule du débat parlementaire sur le maintien des troupes françaises à l'étranger.
  
"Le calendrier du retrait français prévoit que d’ici l’été, au moins 1.000 de nos 1.650 hommes quittent le pays", a-t-il indiqué.
  
Il a précisé que "pendant quelques mois encore", la France continuerait "de fournir à l’ONU l’aide technique utile à son installation, en particulier un certain nombre de capacités logistiques" qui "lui permettront d’assurer progressivement son autonomie".

 

Concernant la Côte d'Ivoire, le Premier minstre français a annoncé que la France retirerait dès cette année 1.100 des 2.000 soldats français stationnés en Côte-d'Ivoire.
  
"En Côte d’Ivoire, les enjeux sécuritaires ont perdu de leur intensité et l’attente d’échéances électorales toujours incertaines ne justifie plus le maintien de notre dispositif militaire en l’état", a-t-il fait valoir.
  
Notant que "l’ONU a entamé" le désengagement de sa force (ONUCI), M. Fillon a estimé que la mission des 200 soldats français qui concourent à cette force "peut être considérée comme achevée" et annoncé qu'ils "rentreront en France cette année".
  
"Notre pays devrait réduire de moitié le contingent de 1.800 hommes qui constitue la force Licorne (sous commandement français, ndlr) d’ici l’été 2009", a-t-il poursuivi.
  
L'Assemblée et le Sénat, à la suite de la réforme de la Constitution, sont appelés à se prononcer mercredi sur la prolongation de cinq opérations extérieures (Kosovo, Liban, Côte-d'Ivoire, Tchad et Centrafrique) après avoir donné, dès le 22 septembre, leur feu vert à l'opération menée en Afghanistan.

Première publication : 28/01/2009

COMMENTAIRE(S)