Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Accord inédit sur la Libye

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Elan de solidarité après les incendies dans le sud de la France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les rockers écolos de Midnight Oil reviennent après 15 ans de pause

En savoir plus

FOCUS

Kenya : les autorités affichent la fermeté face à la menace des Shebab

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Esplanade des Mosquées : "Israël commence à retirer les détecteurs de métaux"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Grèce de retour sur le marché obligataire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Destructeur", le feu ravage la Corse et le Sud-Est

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'absence remarquée de Macron à la conférence sur le sida

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Magic System, 20 ans de tubes

En savoir plus

Amériques

Un juge refuse la suspension d'un procès à Guantanamo

Dernière modification : 29/01/2009

Devant les tribunaux d'exception de Guantanamo, un juge militaire a rejeté une requête visant à suspendre une procédure judiciaire, allant ainsi à contre-courant des demandes de l'administration Obama, favorable aux suspensions.

AFP - La Maison blanche étudiait jeudi "les options" possibles après le refus par un juge militaire de Guantanamo de suspendre une procédure judiciaire, comme l'avait demandé Barack Obama, a affirmé le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs.
  
"Nous venons de l'apprendre, comme vous, et sommes en contact avec le Pentagone et avec le ministère de la Justice pour étudier les options dans cette affaire", a déclaré M. Gibbs.
  
Le juge militaire James Pohl a rejeté jeudi matin la requête présentée par l'accusation, sur demande du président, de suspendre les procédures judiciaires devant les tribunaux d'exception de Guantanamo, pendant 120 jours.
  
Le temps pour la nouvelle administration de décider devant quelle instance elle entend juger ceux des 245 détenus de Guantanamo qui seront inculpés de terrorisme.
  
La procédure en question concerne Abd al-Rahim al-Nashiri, 43 ans, un des six détenus de Guantanamo qui risque la peine de mort. Il est accusé d'avoir aidé deux extrémistes islamistes qui avaient lancé en 2000 une barge remplie d'explosifs contre la coque du navire USS Cole, alors amarré au port d'Aden (Yémen). L'attentat avait tué 17 marins américains.
  
Arrêté en 2002, il a été détenu par la CIA dans un lieu inconnu avant d'être transféré en 2006 à Guantanamo.

Première publication : 29/01/2009

COMMENTAIRE(S)