Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Philippe Legrain : "Les réfugiés sont une opportunité pour l’économie de l’Europe"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Flexisécurité" : le modèle danois est-il transposable en France ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dalian Wanda lance la guerre des parcs d'attraction

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Paris tente de relancer le processus de paix au Proche-Orient

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Assassinat des moines de Tibhirine : 20 ans après, il reste des zones d'ombre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ken Loach, Palme d'or à Cannes : "Un autre monde est possible et nécessaire"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Droites extrêmes : en route vers le pouvoir?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel dément l’existence de nouveaux arrangements fiscaux du Luxembourg avec les multinationales

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Planète plastique : comment faire face ?

En savoir plus

Amériques Amériques

Obama garde toutes les options ouvertes vis-à-vis de l'Iran

Dernière modification : 29/01/2009

Le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs, annonce que le président américain souhaite envisager "toutes les options" vis-à-vis de l'Iran, bien qu'il rappelle que Barack Obama est avant tout partisan de la diplomatie.

AFP - Le président américain Barack Obama est partisan de la diplomatie avec l'Iran, mais garde ouvertes "toutes les options", a déclaré jeudi le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs, interrogé par la presse sur la possibilité de frappes militaires.

"Le président n'a pas changé son point de vue qui consiste à garder toutes les options" ouvertes, a dit M. Gibbs au cours de son point de presse quotidien.

Face aux ambitions nucléaires de Téhéran, au soutien au terrorisme dont l'Iran est accusé et à la menace que ce pays représente pour Israël, M. Obama pense que "nous devons utiliser tous les éléments de notre puissance nationale pour protéger nos intérêts", a-t-il poursuivi.

"Cela comprend (...) la diplomatie quand c'est possible", a poursuivi M. Gibbs.
 

Première publication : 29/01/2009

COMMENTAIRE(S)