Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

Amériques Amériques

Obama garde toutes les options ouvertes vis-à-vis de l'Iran

Dernière modification : 29/01/2009

Le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs, annonce que le président américain souhaite envisager "toutes les options" vis-à-vis de l'Iran, bien qu'il rappelle que Barack Obama est avant tout partisan de la diplomatie.

AFP - Le président américain Barack Obama est partisan de la diplomatie avec l'Iran, mais garde ouvertes "toutes les options", a déclaré jeudi le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs, interrogé par la presse sur la possibilité de frappes militaires.

"Le président n'a pas changé son point de vue qui consiste à garder toutes les options" ouvertes, a dit M. Gibbs au cours de son point de presse quotidien.

Face aux ambitions nucléaires de Téhéran, au soutien au terrorisme dont l'Iran est accusé et à la menace que ce pays représente pour Israël, M. Obama pense que "nous devons utiliser tous les éléments de notre puissance nationale pour protéger nos intérêts", a-t-il poursuivi.

"Cela comprend (...) la diplomatie quand c'est possible", a poursuivi M. Gibbs.
 

Première publication : 29/01/2009

COMMENTAIRE(S)