Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Irak : offensive irakienne et frappes américaines contre l'État islamique à Amerli

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

Economie

BNP ne prendra que 10% des assurances Fortis

Dernière modification : 30/01/2009

Selon un nouvel accord sur la vente à BNP Paribas d'actifs belges de la holding financière Fortis, la banque française se contentera de prendre une participation minoritaire de 10% dans les activités d'assurance.

AFP - Le gouvernement belge a annoncé vendredi matin un nouvel accord sur la vente à BNP Paribas d'actifs belges de la holding financière Fortis, dans lequel le groupe français renonce à racheter l'essentiel des activités d'assurance.

Selon le nouvel accord, entériné lors d'une réunion ministérielle qui a duré toute la nuit, BNP se contentera de prendre une participation minoritaire de 10% dans les activités d'assurance, pour un montant de 550 millions d'euros, précise un communiqué du gouvernement belge.

Les accords initiaux de démantèlement de Fortis, orchestrés par l'Etat belge en octobre, prévoyaient que BNP prenne le contrôle à 100% des assurances belges de Fortis.

Mais ce démantèlement est contesté par les actionnaires, qui ont obtenu de la justice belge le droit de se prononcer lors d'une assemblée générale prévue le 11 février. C'est pour éviter un vote négatif que l'accord avec BNP a été renégocié.

Le groupe français conserve en revanche en l'état son projet de prise de contrôle à 75% de la filiale bancaire belge Fortis Banque, qui l'an dernier avait été nationalisée provisoirement à 100% par l'Etat belge. Ce dernier doit être payé en actions BNP, à hauteur d'environ 11,7% du capital.

Le nouvel accord réduit aussi la part que conservera la holding Fortis, seule entité cotée en Bourse, dans un portefeuille réunissant les actifs les plus risqués, et que BNP avait refusé de reprendre intégralement.

Autre concession aux petits actionnaires de Fortis: l'Etat belge leur accorde, après une période de blocage de deux ans, un droit sur les plus-values éventuelles enregistrées par les actions BNP Paribas apportées en paiement de Fortis Banque.

Au final, l'Etat belge ramène son intervention maximale dans Fortis à 11,4 milliards d'euros, contre 14,9 milliards initialement.

Le nouvel accord a été approuvé par le conseil d'administration de la holding Fortis, sous réserve de l'accord des actionnaires.

La holding Fortis, de droit belgo-néerlandais, avait été frappée de plein fouet l'an dernier par la crise financière et avait dû appeler à son secours les Etats du Benelux qui en échange avaient décidé la vente par appartements de ses meilleurs actifs.

Les Pays-Bas avaient nationalisé l'essentiel des activités néerlandaises de bancassurance, tandis que BNP devait prendre le contrôle des actifs belges.

Mais les transactions avec BNP ont été gelées par la justice le temps que les actionnaires belges se prononcent.
 

Première publication : 30/01/2009

COMMENTAIRE(S)