Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • Gaza : reprise des affrontements entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

Economie

Le 39e Forum économique à l'heure du bilan

Texte par Axelle SIMON , envoyée spéciale à Davos

Dernière modification : 29/01/2010

C’est l’heure de tous les bilans. La 39e édition du Forum économique de Davos ferme ses portes. Sur un sentiment d’inquiétude face à la crise mondiale et sur la certitude que les repères d’hier ne sont plus valables aujourd’hui.

J + 3 : les anti-Davos n’arrêteront pas les projets humanitaires

 

Samedi soir, le 39ème Forum économique de Davos prend fin. Le même jour, vers midi, quelques décibels de musique parviennent jusqu’au centre des Congrès. Il ne s’agit pourtant pas des ultimes répétitions de la cérémonie de clôture qui se tient le soir même, offerte par le roi du Maroc. La musique est rock, underground par moment. Rien à voir avec le groupe marocain qui se prépare depuis plusieurs jours, mais seulement tard le soir, pour ne pas gêner les participants du Forum. Direction la terrasse, là où les télévisions ont des positions plus ou moins abritées pour faire des duplex face aux montagnes.

 

Quelques pas suffisent pour apercevoir, en contrebas du centre, des banderoles, des camionnettes qui accompagnent en musique des manifestants. Les rejoindre est un véritable labyrinthe de dispositifs de sécurité. Ils sont en bas du Forum, mais il faut parcourir plus de 500 mètres, au sein du Forum, puis sur la route qui lui est parallèle, pour espérer rejoindre le cortège. Et passer par des barrages n’existant pas d’habitude. Les patrouilles anti-émeute et les policiers rassemblés autour de camions aux pare-chocs renforcés laissait présager une manifestation d’envergure.

 






Les opposants au Forum économique de Davos n’étaient pourtant pas nombreux du tout, une petite centaine, à l’encontre de leurs homologues qui se réunissaient le  même jour à Genève, et qui a dégénéré avec la police. Ils ont un air déterminé, mais inoffensif. Leur message est inscrit sur les panneaux qu’ils brandissent en rythme. Ils ont repris l’arrangement de l’affiche symbole de la campagne présidentielle de Barack Obama. Klaus Schwab, le fondateur et président du Forum a pris la place du Président américain. Et la formule bien connue, le "Yes we can" a été corrigé pour donner "No WEF can’t", en référence aux initiales du World Economic Forum.


Ils ont choisi de manifester le jour de clôture du Forum et non d’ouverture, pour avoir le temps de suivre dans les médias la couverture de l’évènement, et voir ce qui pouvait en sortir. Ils disent que rien de bien ne sort de cette vaste réunion des leaders politiques et économiques. Il y a beaucoup de déclarations officielles des grands de ce monde qui consentent à donner leur avis sur la crise mondiale. Ces positions de principe sont reprises par les médias. Et il y a les petites actions, faites au détour d’un couloir ou à l’occasion des déjeuners. Matthieu Ricard, moine bouddhiste interprète du dalaï-lama a pu ainsi débloquer 40 000 euros, somme qui lui est nécessaire pour entreprendre la construction d’une grande école primaire au Népal. C’est lors d’un trajet dans la navette qui parcourt les rues de Davos vers le Congrès qu’il a parlé à un homme d’affaires autrichien qui serait prêt à la financer.

 

Nous pouvons partir sereins. Avec la preuve, s’il en est, qu’au moins une action tangible a pu sortir de toutes les discussions qui se sont tenues pendant 4 jours à Davos.

Première publication : 31/01/2009

COMMENTAIRE(S)