Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

Economie

Un sommet bilatéral programmé pour faire face à la crise

Vidéo par Elisabeth ALLAIN

Dernière modification : 31/01/2009

Poussées par la crise, la Chine et l'Union européenne, les deux premières puissances commerciales mondiales, ont décidé d'oublier leurs différents sur la question du Tibet et ont annoncé la tenue prochaine d'un sommet bilatéral.

AFP - La Chine et l'Union européenne, soucieuses de coopérer face à la plus grave crise économique de l'après-guerre, ont mis officiellement fin vendredi à deux mois de brouille suscitée par le Tibet en annonçant la tenue prochaine d'un sommet bilatéral.

Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso et le Premier ministre chinois Wen Jiabao - à Bruxelles pour la première fois depuis 2004 - ont annoncé qu'un sommet UE-Chine se tiendrait "bientôt", sans donner de date.

Le Premier ministre tchèque Mirek Topolanek, dont le pays préside l'UE, a indiqué qu'il pourrait se tenir à Prague en mai, après le sommet des grands pays industrialisés et émergents (G20) prévu le 2 avril à Londres, selon un diplomate tchèque.

L'annonce de ce sommet illustre une volonté réciproque de tourner la page après le froid causé par l'annulation par Pékin du sommet prévu le 1er décembre en France. La Chine avait réagi avec colère à la décision du président français Nicolas Sarkozy - qui exerçait alors la présidence tournante de l'UE - de rencontrer le dalaï lama.

Les relations UE-Chine "vont de l'avant, avec quelques crochets", a affirmé Wen Jiabao, lors d'un point de presse avec M. Barroso. Leur développement est "une tendance à long terme qui ne peut pas être inversée, de la même façon que personne ne peut inverser la marche de l'histoire", a-t-il ajouté, même s'il a pris soin d'éviter la France pendant sa tournée européenne.

M. Wen n'a rien dit sur le Tibet, mais, selon M. Barroso, le sujet a été "évoqué" lors de la rencontre.

Les deux dirigeants ont insisté sur leur volonté de coopérer face à la crise qui a plongé l'Europe dans la récession et menace de saper la forte croissance chinoise.

"Par cette visite, je veux apporter aux gouvernements et aux peuples européens la confiance, l'espoir et la force, car je crois que tant que la Chine et l'UE marchent main dans la main nous pourrons surmonter la crise financière et traverser cette période difficile", a assuré Wen Jiabao.

"Nous sommes confrontés à une crise économique sans précédent depuis l'après-guerre et personne ne peut prétendre être épargné", a indiqué M. Barroso.

"Il est important d'aborder ces questions avec un esprit global" - notamment en vue du sommet du G20 du 2 avril, a-t-il souligné.

M. Barroso a appelé à "une amélioration du dialogue sur les questions macroéconomiques qui concernent la Chine et l'UE".

Les deux dirigeants ont annoncé la tenue en avril à Bruxelles d'un forum UE/Chine de "haut niveau" sur les questions commerciales.

C'est de Chine que l'UE importe le plus de marchandises - à l'origine d'un déficit commercial de 160 milliards d'euros - mais c'est aussi contre les importations chinoises qu'elle a lancé le plus de procédures anti-dumping.

Pour une machine industrielle européenne qui tourne au ralenti, le marché chinois représente un potentiel largement sous-exploité: même si les exportations vers la Chine sont en forte croissance depuis 2003, elles restent inférieures à celles vers la Suisse.

Neuf accords de coopération ont aussi été signés vendredi, notamment dans les domaines de l'éducation, de l'exploitation forestière et de la propriété intellectuelle, sujet où les Européens se sont souvent plaints du manque d'efforts de Pékin.

Ces accords, selon M. Barroso, "confirment que l'UE et la Chine développent un partenariat stratégique toujours plus profond".

Après un déjeuner avec la Commission et la présidence tchèque de l'UE, où les Européens devaient pousser les Chinois à s'engager à réduire leurs émissions polluantes en vue des négociations internationales de Copenhague en décembre, Wen Jiabao doit poursuivre sa tournée à Madrid puis à Londres.

 

Première publication : 31/01/2009

COMMENTAIRE(S)