Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donetsk

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Budget 2015 : la baisse des dépenses à pas feutrés

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

SCIENCES

Google Earth part à la conquête des océans

Dernière modification : 02/02/2009

L'application Google Earth, téléchargée plus de 400 millions de fois en quatre ans, permet dorénavant d'explorer les océans. Le géant de l'Internet a travaillé avec 80 organismes durant deux ans pour pouvoir créer cette option.

AFP - Google Earth, qui permet aux internautes de faire un tour du monde virtuel, part désormais à la conquête des fonds sous-marins: la nouvelle version du logiciel, lancée lundi, propose de plonger sous la mer et d'en apprendre plus sur la vie océanique.
  
"Google Earth se dote d'une nouvelle dimension: la profondeur", a expliqué lundi Jean-François Wassong, ingénieur au sein de la filiale française, lors d'une conférence de presse à Paris.
  
Au lieu de survoler les villes de la planète, l'utilisateur peut  s'aventurer dans les abysses en zoomant sur l'océan ou la mer de son choix, en attendant de découvrir les fleuves et les lacs qui seront ajoutés dans les prochaines versions.
  
"Les océans recouvrent plus de 70% de la surface de la Terre et sont pourtant encore peu explorés" par l'homme, a souligné Florence Diss, responsable des partenariats géographiques du groupe.
  
Nager autour de volcans sous-marins représentés en trois dimensions, suivre le voyage d'une baleine ou visiter la Grande Barrière de corail en Australie: l'application dite "Océan" s'adresse à la fois à la communauté scientifique et au grand public qui pourra partager ses expériences en ligne, comme ses lieux de surf et de plongée préférés.
  
Les utilisateurs pourront aussi y glaner des informations et y visionner des photos et des vidéos sur 20 thèmes, telles que les zones marines protégées, l'observation de l'évolution de la faune et les "zones mortes", où l'oxygène est trop rare pour que la vie puisse y subsister.
  
Près d'un millier de séquences filmées sont disponibles, notamment les images des expéditions du commandant Cousteau, dont certaines inédites.
  
Google Earth, qui permet déjà d'explorer Mars, "élargit encore la mission de Google, en rendant accessible à tous les internautes des informations sur les lieux les plus reculés de la planète", a déclaré Eric Schmidt, PDG de Google, cité dans un communiqué.
  
Ce projet, qui marque l'aboutissement de deux ans de collaboration avec plus de 80 organismes privés et publics, n'a "pas vocation à faire de l'argent", a précisé Mme Diss qui n'a pas souhaité en dévoiler le coût.
  
"Océan" est d'abord une opération marketing pour le groupe américain, qui dit vouloir "sensibiliser nos contemporains aux dangers qui menacent nos océans".
  
La cinquième version de Google Earth, disponible en 40 langues (au lieu de 26 auparavant), offre par ailleurs des outils pour enregistrer et partager ses voyages virtuels avec ses amis, ainsi que "pour remonter le temps" en visionnant des "images historiques". Le cliché le plus ancien datant de 1940 et représentant le lac Tahoe en Californie.
  
On peut par exemple assister à la transformation du paysage urbain au fil des ans, observer la désertification du lac Tchad en Afrique, la déforestation en Amazonie ou suivre la fonte des glaces.
  
Google Earth, qui donne accès sur internet à des images satellite, des plans, des cartes, des images en relief et des représentations en trois dimensions des bâtiments, a fait l'objet de plus de 400 millions de téléchargements uniques depuis son lancement en juin 2005. Il est disponible gratuitement à l'adresse earth.google.fr.

Première publication : 02/02/2009

COMMENTAIRE(S)