Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Amériques Amériques

Obama défend son plan de relance auprès des républicains

©

Vidéo par Céline BRUNEAU

Dernière modification : 03/02/2009

Le président américain Barack Obama recevra, ce lundi, les républicains du Congrès pour tenter une nouvelle fois de les convaincre du bien-fondé de son plan de relance économique dont le montant s'élève à 819 milliards de dollars.

Reuters - Confronté à l'opposition des élus républicains à certains pans de son plan de relance économique, le président américain Barack Obama recevra ce lundi à la Maison blanche les dirigeants du Congrès pour leur rappeler l'urgence qu'il y a à agir rapidement.

 

Des sénateurs républicains de premier plan, comme Mitch McConnell, ont prévenu dimanche qu'il y avait peu de chance que leur parti soutiennent au Sénat le plan de relance de près de 900 milliards de dollars si des modifications n'étaient pas apportées au texte pour réduire les gaspillages et alléger davantage les impôts.

 

"Ce que je veux leur rappeler à tous (aux élus du Congrès), et ce à quoi je pense tous les jours, ce sont les milliers de personnes qui sont licenciées actuellement", a déclaré Obama dans une interview accordée dimanche à la chaîne NBC.

 

"Ils (les élus) ne peuvent pas pratiquer la politique comme ils le font habituellement, et il est difficile de rompre avec les vieilles habitudes, mais aujourd'hui, le moment est venu de le faire face à l'urgence de la situation", a plaidé le président.

 

Actuellement, les démocrates contrôlent 58 des 100 sièges au Sénat. En vertu des règles de la chambre haute, il faut avoir une majorité de 60 sièges au moins pour surmonter les obstacles de procédures (filibustering) que l'opposition, en l'occurrence le Parti républicain, peut dresser. Ce sont ces manoeuvres d'obstruction qu'Obama cherche actuellement à déjouer, afin de faire adopter rapidement son plan de relance.

  
 
Les démocrates ouverts à des amendements
 

Aussi Obama et le vice-président Joseph Biden vont-ils recevoir ce lundi les dirigeants démocrates et républicains du Congrès. Obama a déjà rencontré plusieurs fois les dirigeants républicains du Congrès depuis son entrée en fonctions le 20 janvier pour tenter de les rallier à son plan, qui a été adopté à la chambre des représentants, la semaine dernière, sans qu'un seul élu républicain ne lui accorde son suffrage.

 

"J'ai, exceptionnellement, tendu la main aux républicains parce qu'ils ont de bonnes idées et que je veux faire en sorte que ces idées-là soient prises en compte", a dit Obama.

 

Les républicains ne veulent pas de certaines des priorités fixées par le plan en matière de dépenses.

 

Le numéro deux des démocrates au Sénat, Richard Durbin, de l'Illinois, a déclaré que les démocrates étaient ouverts à des amendements républicains au plan de relance.

 

"Nous leur avons dit que nous étions ouverts (à des amendements). 'Venez vers nous avec vos idées, si vous voulez procéder à des changements et proposer des amendements'", a dit Durbin sur la chaîne Fox News.

 

La version du plan adoptée mercredi dernier par les représentants (par 244 voix et 188 contre) prévoit 550 milliards de dollars de dépenses publiques et 275 milliards de dollars d'allègements fiscaux, ce qui fait un total de 825 milliards de dollars. La version du plan que va étudier le Sénat porte, elle, sur un total de 887 milliards.

 

"J'ai bon espoir que lorsque la version définitive sera soumise au Sénat, le plan obtiendra un soutien considérable", a dit Obama à NBC.

 

Un certain nombre de sociétés américaines ont annoncé des licenciements la semaine dernière et les dernières statistiques en date montrent que l'économie des Etats-Unis se contracte à son rythme le plus rapide depuis près de 27 ans.

 

Première publication : 02/02/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)