Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Amériques Amériques

Obama défend son plan de relance auprès des républicains

Vidéo par Céline BRUNEAU

Dernière modification : 03/02/2009

Le président américain Barack Obama recevra, ce lundi, les républicains du Congrès pour tenter une nouvelle fois de les convaincre du bien-fondé de son plan de relance économique dont le montant s'élève à 819 milliards de dollars.

Reuters - Confronté à l'opposition des élus républicains à certains pans de son plan de relance économique, le président américain Barack Obama recevra ce lundi à la Maison blanche les dirigeants du Congrès pour leur rappeler l'urgence qu'il y a à agir rapidement.

 

Des sénateurs républicains de premier plan, comme Mitch McConnell, ont prévenu dimanche qu'il y avait peu de chance que leur parti soutiennent au Sénat le plan de relance de près de 900 milliards de dollars si des modifications n'étaient pas apportées au texte pour réduire les gaspillages et alléger davantage les impôts.

 

"Ce que je veux leur rappeler à tous (aux élus du Congrès), et ce à quoi je pense tous les jours, ce sont les milliers de personnes qui sont licenciées actuellement", a déclaré Obama dans une interview accordée dimanche à la chaîne NBC.

 

"Ils (les élus) ne peuvent pas pratiquer la politique comme ils le font habituellement, et il est difficile de rompre avec les vieilles habitudes, mais aujourd'hui, le moment est venu de le faire face à l'urgence de la situation", a plaidé le président.

 

Actuellement, les démocrates contrôlent 58 des 100 sièges au Sénat. En vertu des règles de la chambre haute, il faut avoir une majorité de 60 sièges au moins pour surmonter les obstacles de procédures (filibustering) que l'opposition, en l'occurrence le Parti républicain, peut dresser. Ce sont ces manoeuvres d'obstruction qu'Obama cherche actuellement à déjouer, afin de faire adopter rapidement son plan de relance.

  
 
Les démocrates ouverts à des amendements
 

Aussi Obama et le vice-président Joseph Biden vont-ils recevoir ce lundi les dirigeants démocrates et républicains du Congrès. Obama a déjà rencontré plusieurs fois les dirigeants républicains du Congrès depuis son entrée en fonctions le 20 janvier pour tenter de les rallier à son plan, qui a été adopté à la chambre des représentants, la semaine dernière, sans qu'un seul élu républicain ne lui accorde son suffrage.

 

"J'ai, exceptionnellement, tendu la main aux républicains parce qu'ils ont de bonnes idées et que je veux faire en sorte que ces idées-là soient prises en compte", a dit Obama.

 

Les républicains ne veulent pas de certaines des priorités fixées par le plan en matière de dépenses.

 

Le numéro deux des démocrates au Sénat, Richard Durbin, de l'Illinois, a déclaré que les démocrates étaient ouverts à des amendements républicains au plan de relance.

 

"Nous leur avons dit que nous étions ouverts (à des amendements). 'Venez vers nous avec vos idées, si vous voulez procéder à des changements et proposer des amendements'", a dit Durbin sur la chaîne Fox News.

 

La version du plan adoptée mercredi dernier par les représentants (par 244 voix et 188 contre) prévoit 550 milliards de dollars de dépenses publiques et 275 milliards de dollars d'allègements fiscaux, ce qui fait un total de 825 milliards de dollars. La version du plan que va étudier le Sénat porte, elle, sur un total de 887 milliards.

 

"J'ai bon espoir que lorsque la version définitive sera soumise au Sénat, le plan obtiendra un soutien considérable", a dit Obama à NBC.

 

Un certain nombre de sociétés américaines ont annoncé des licenciements la semaine dernière et les dernières statistiques en date montrent que l'économie des Etats-Unis se contracte à son rythme le plus rapide depuis près de 27 ans.

 

Première publication : 02/02/2009

COMMENTAIRE(S)