Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Culture

Un critique de cinéma au chômage dérobe le Goya d'Albert Solé

Texte par Adeline PERCEPT , correspondante à Madrid

Dernière modification : 03/02/2009

Le réalisateur Albert Solé s'est fait dérober la récompense qu'il a reçue à la cérémonie des Goya, l'équivalent du César français. Le voleur affirme avoir voulu protester contre le "sectarisme du cinéma espagnol".

Cinq heures du matin, dans une boîte de nuit du centre historique de Madrid. Le réalisateur Albert Solé fait la fiesta dans la nuit de dimanche à lundi juste après avoir reçu son Goya (équivalent espagnol du César français) pour le meilleur film documentaire, "Bucarest : La memoria perdida". La statuette est restée au vestiaire, et à l'heure de partir, elle a disparu. Désespéré, Solé alerte immédiatement toutes les rédactions. Le "vol" fait la une des sites des journaux espagnols lundi matin.

C'est le quotidien El Mundo qui raconte le dénouement ce matin en exclusivité dans son édition imprimée. Le voleur s'est dénoncé à la rédaction, il a expliqué son geste dans une interview et remis la précieuse statuette à un journaliste. Dans la boîte de nuit lundi soir, "cela m'a fait de la peine de le voir posé par terre dans le vestiaire. J'ai dit à la fille 'Donnez-moi mon manteau et le Goya", explique l'auteur du larcin.

Pris en photo de dos, l'homme est nommé par ses initiales, K.N.T. Il a un peu plus de 30 ans. Il est critique de cinéma, au chômage. Il explique avoir voulu protester : "Dans ce pays, le cinéma est toujours pareil. Il est de mauvaise qualité ; les subventions et les prix sont toujours remis aux mêmes gens. Je veux attirer l'attention sur le sectarisme et le népotisme du cinéma, et j'aimerais qu'on se préoccupe un peu plus de produire un cinéma de qualité."

Le journaliste qui l'a rencontré, Pablo Herraiz, raconte les circonstances "rocambolesques" de l'interview : K.N.T a appelé la rédaction en racontant son histoire, et a donné rendez-vous au journaliste devant Temple de Debod, dans le centre de Madrid. "J'ai toujours voulu rendre la statuette, a-t-il ajouté. Je ne suis pas un voleur". Le Goya est à présent gardé en lieu sûr, dans un coffre de la rédaction d'El Mundo. "Il sera rendu à son propriétaire légitime", conclut l'article.

Cette histoire insolite est l'épilogue d'une cérémonie des Goya marquée par la crise. Comme le relatait mardi le journal El Pais, il n'était question que du malaise du secteur dans les coulisses de la soirée. La présidente de l'Académie des Arts, Angeles Gonzalez Sinde, en a par exemple appelé à la "foi" pour affronter les défis économiques à venir. De nombreux artistes dénoncent le manque de subventions allouées au cinéma espagnol, et le chômage qui mine de plus en plus la profession.

Première publication : 03/02/2009

COMMENTAIRE(S)