Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Larry Clark, rencontre avec l’enfant terrible du cinéma américain

En savoir plus

FOCUS

Shenzhen, du "made in China" au "created in China"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Xi Jinping ouvre le Forum de Davos

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump défie l'Europe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Adama Barrow attend son investiture au Sénégal

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tweeter or not ? Telle est la question !

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ?

En savoir plus

Economie

L'UE et le Canada mettent en garde contre le protectionnisme

Vidéo par Guillaume MEYER

Dernière modification : 03/02/2009

Les Européens et les Canadiens ont estimé que le plan "Buy American", une des clauses du plan de relance américain destinée à protéger l'industrie sidérurgique du pays, pourrait inciter d'autres pays à prendre des mesures protectionnistes.

Reuters - Européens et Canadiens ont estimé lundi que le plan "Buy American" destiné à protéger l'industrie sidérurgique américaine était de nature à remettre en cause la position des Etats-Unis au niveau mondial.
 

"Si 'Buy American' devient une partie intégrante du plan de relance, les Etats-Unis perdront toute autorité morale pour interdire aux autres pays de renoncer à des politiques protectionnistes", affirme Michael Wilson, ambassadeur canadien à Washington, dans une lettre aux sénateurs américains.
 

John Bruton, ambassadeur de l'Union européenne aux Etats-Unis, a fait part de la même inquiétude alors que le Sénat doit examiner un plan de 900 milliards de dollars qui reprend la disposition "Buy American" adoptée par la Chambre des représentants la semaine passée.
 

"Le président Obama a une superbe occasion de fixer une direction au monde (...), occasion que peu de présidents américains ont eue depuis des générations", a expliqué Bruton.
 

"Si la première loi d'importance qu'il entérine est perçue comme dommageable pour les intérêts économiques des autres pays, et cela d'une manière inutile et inefficace, alors sa capacité à fixer cette direction nécessaire au monde sera considérablement réduite", a conclu Bruton.

Première publication : 03/02/2009

COMMENTAIRE(S)