Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

EUROPE

Merkel juge "insuffisantes" les explications du pape

Vidéo par Julien FANCIULLI

Dernière modification : 04/02/2009

Après la réintégration par le Vatican d'un évêque niant l'Holocauste, la chancelière allemande a demandé au souverain pontife de rejeter sans ambiguïté toute négation du génocide juif par l'Allemagne nazie.

AFP - La chancelière allemande Angela Merkel est devenue jeudi le premier chef de gouvernement à critiquer le pape Benoît XVI après la réintégration d'un évêque niant l'holocauste.

"Il n'est pas possible que cela soit sans conséquence", a expliqué Mme Merkel, en réponse à une question sur la décision du pape, son compatriote, de réintégrer un évêque négationniste.

"La question ne concerne pas seulement les communautés chrétienne, catholique et juive en Allemagne, mais il faut que de la part du pape et du Vatican il soit clairement établi qu'on ne peut pas nier l'Holocauste", a-t-elle déclaré en marge d'une conférence de presse à Berlin avec le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev.

La clarification apportée par le pape "est, de mon point de vue, encore insuffisante", a dit la chancelière, qui gouverne un pays où la question de l'Holocauste est évidemment particulièrement sensible.

"Si le comportement du Vatican peut donner l'impression que l'Holocauste peut être nié, alors il s'agit de questions fondamentales (concernant) la relation avec le judaïsme", a expliqué Mme Merkel, notant que "en règle générale" elle n'avait pas à commenter les décisions de l'Eglise catholique romaine.

"Je dois néanmoins préciser, en tant que protestante, que je trouve encourageant que de nombreuses voix au sein de l'Eglise catholique aient réclamé une clarification", a ajouté Mme Merkel, fille d'un pasteur luthérien.

Mgr Richard Williamson, l'un des quatre évêques intégristes de la fraternité Saint-Pie X dont l'excommunication a été levée par le pape le 24 janvier, a nié deux jours auparavant l'existence des chambres à gaz.

Depuis, le pape a exprimé sa "solidarité" avec les juifs et a condamné à deux reprises la négation de la Shoah mais sans évoquer Mgr Williamson.

En Allemagne, où le négationnisme est passible de prison, les réactions ont été d'autant plus violentes que le pays était fier en 2005 de l'élection de l'un des siens au trône de Saint-Pierre. Un éminent théologien, Hermann Häring, a recommandé lundi au pape de démissionner. Pour l'évêque de Hambourg Werner Thissen il y a "très clairement une perte de confiance" dans le pape. "Rehabiliter un négationniste est toujours une mauvaise décision" a-t-il dit.

L'évêque de Stuttgart, Gebhard Fürst, a reconnu de son côté que la décision papale "portait atteinte à la crédibilité de l'Eglise catholique" et avait créé "beaucoup d'incertitude, d'incompréhension et de déception".

Le prestigieux hebdomadaire Der Spiegel fait sa Une cette semaine sur celui qui fut le cardinal Josef Ratzinger, sous le titre "Celui qui plane", et tente d'analyser pourquoi "un pape allemand fait du mal à l'Eglise catholique".

Peu après la décision pontificale, la communauté juive d'Allemagne avait annoncé la suspension jusqu'à nouvel ordre de tout dialogue avec l'Eglise catholique. "Ce qu'a fait Benoît XVI est inexcusable", a souligné dans une interview au Spiegel le vice-président du Conseil central des juifs d'Allemagne, Salomon Korn.

"Un pape allemand - c'est comme cela que le monde le perçoit - accorde sa grâce à quelqu'un qui nie l'Holocauste, et cela quelques jours à peine avant la célébration de la libération d'Auschwitz (le 27 janvier 1945). Je tenais Ratzinger pour un homme circonspect et clairvoyant. Apparemment je m'étais trompé", a ajouté M. Korn.
 

Première publication : 03/02/2009

COMMENTAIRE(S)