Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Pascal Terrasse : "Il n'y a pas de raison d'interdire Uber!"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Nikkei enregistre sa pire semaine depuis la crise de 2008

En savoir plus

LE DÉBAT

Procès d'Hissène Habré : perpétuité requise pour l'ancien président tchadien

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La Havane, terre d'œcuménisme"

En savoir plus

LE DÉBAT

Remaniement ministériel : un nouvel équilibre politique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un remaniement pour rien?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : à Bambari, symbole de la division, le candidat Dologuele rencontre un chef de guerre

En savoir plus

POLITIQUE

Stéphane Rozès : "Le texte sur la réforme constitutionnelle est assez alambiqué pour recueillir l’adhésion de tous"

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Louis Bourlanges : "Le but de François Hollande est de déshabiller la gauche de la gauche"

En savoir plus

Culture

Séoul vole au secours de son industrie musicale

Dernière modification : 04/02/2009

Séoul a décidé d'injecter près de 91 millions de dollars d'aide dans l'industrie musicale nationale, Bien que protégé par la loi antipiratage adoptée en 2006, le secteur demeure fragilisé par la flambée des téléchargements illégaux.

AFP - Le gouvernement sud-coréen a dévoilé mercredi un plan d'aide de 91 millions de dollars sur cinq ans en faveur de son industrie musicale touchée de plein fouet par les téléchargements pirates depuis internet.
  
Ce plan vise à dynamiser les ventes annuelles tant via l'internet que dans les magasins, selon le ministère de la Culture des Sports et du Tourisme qui espère doubler les ventes annuelles pour atteindre 1,2 milliard de dollars d'ici 2013.
  
Dans le cadre de cette initiative, le ministère prévoit de mettre en place, en décembre 2009, deux salles de concert de 4.000 sièges spécialisées dans la pop coréenne.
  
Il prévoit aussi de bâtir un centre de musique pop à Goyang City, à 40 km nord de Séoul d'ici 2013.
  
Le ministère apportera également son soutien logistique à quelque 30.000 "noraebangs" (bars karaoké).
  
Comme nombre d'autres pays, l'industrie musicale sud-coréenne a pâti des téléchargements illégaux et Séoul a introduit une loi antipiratage en décembre 2006. "Il est crucial de protéger les auteurs des téléchargements sauvages de façon à permettre l'expansion de la musique pop", a déclaré à l'AFP un responsable du ministère.

Première publication : 04/02/2009

COMMENTAIRE(S)