Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Le pape somme l'évêque Williamson de renier ses propos

Vidéo par Eve JACKSON , Carlotta RANIERI

Dernière modification : 09/02/2009

Au lendemain des critiques formulées par Angela Merkel à l'encontre de Benoît XVI, le Vatican a demandé à l'évêque Williamson de "prendre ses distances" avec ses déclarations s'il souhaitait être admis aux fonctions épiscopales.

AFP - La question du mode d'exercice du pouvoir par le pape Benoît XVI est pour la première fois ouvertement posée au Vatican après les remous provoqués dans le monde entier par la levée de l'excommunication de l'évêque intégriste négationniste Richard Williamson.
   
L'émotion particulièrement vive en Allemagne, pays natal du pape, où les plaies du passé nazi sont encore vives, a conduit mardi la chancelière Angela Merkel à sortir de sa traditionnelle réserve sur les questions religieuses pour demander à Benoît XVI une "ferme clarification" sur le caractère insupportable de la négation des chambres à gaz.
   
C'est la première fois depuis le début du pontificat de Benoît XVI en 2005 que le chef de gouvernement d'un pays européen met ouvertement en cause une initiative du chef de l'Eglise catholique.
   
Le Vatican a donc été contraint mercredi à une nouvelle mise au point pour tenter d'atténuer les effets désastreux de cette mesure, alors que les médias italiens relayaient les critiques inédites de deux cardinaux contre la Curie, le gouvernement de l'Eglise catholique.
   
Mardi le cardinal allemand Walter Kasper, compatriote de Benoît XVI, a évoqué "des erreurs de management".
   
Selon des indiscrétions, le cardinal Kasper, chargé des relations avec le judaïsme, n'avait pas été informé au préalable de la levée de l'excommunication des quatre évêques intégristes de la Fraternité sacerdotale saint Pie X (FSSPX) excommuniés en 1988.
   
Pourtant l'un des points d'achoppement entre l'Eglise catholique et la FSSPX porte sur l'importance du dialogue judéo-chrétien.
   
Le cardinal autrichien Christoph Schönborn, archevêque de Vienne, a aussi estimé que "des collaborateurs du Vatican n'y ont pas regardé de très près" et ne se sont pas suffisamment informés sur la personnalité de Richard Williamson.
   
Celui-ci s'était déjà par le passé fait remarquer par des déclarations à l'emporte-pièce qui auraient dû alerter les membres de la commission, présidée par le cardinal Dario Castrillon Hoyos, chargée par le pape de négocier avec les intégristes.
   
Mgr Williamson avait déjà nié l'existence des chambres à gaz au Canada il y a une vingtaine d'années, et plus récemment, il avait attribué les attentats du 11 septembre 2001 aux services américains.
   
"Qui commande (vraiment) au Vatican", se demandait mercredi l'influent journal économique Il Sole-24 Ore, tandis que le journal catholique français La Croix relevait que le pape s'est trouvé "en première ligne, mais sans disposer du gouvernement adapté".
   
Le vaticaniste Sandro Magister évoquait sur son blog (www.chiesa.it) "un double désastre de gouvernement et de communication" provoqué par "la solitude du pape" et "l'incapacité de la curie".
   
Quant à Il Giornale, il assure qu'un dossier circule au Vatican mettant en cause "un complot" pour mettre en difficulté le pape.
   
Ce quotidien avait été le premier à annoncer le 21 janvier la prochaine levée d'excommunication des évêques intégristes.
   
Ce dossier met en cause "des milieux opposés à la réconciliation avec la FSSPX" disposant de relais au sein de la Curie qui seraient intervenus pour faire diffuser l'interview de Mgr Williamson à la télévision suédoise au moment où le Vatican signait la levée de l'excommunication, selon Il Giornale.

Première publication : 04/02/2009

COMMENTAIRE(S)