Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Costa-Gavras, le cinema engagé sur la Croisette

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des Coptes en Egypte

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hommage à Jean-Karim Fall : la rédaction de France 24 en deuil

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Tournée diplomatique de Trump: des débuts réussis ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à Manchester : 22 morts, le groupe EI revendique l'attaque

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Nicole Kidman, reine de la Croisette

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Les climatosceptiques à la Maison Blanche

En savoir plus

Amériques

Le Sénat nuance la clause "Buy American" du plan de relance

Vidéo par Pauline PACCARD

Dernière modification : 05/02/2009

Le sénat a décidé de conserver cette mesure protectionniste tout en la nuançant par un amendement qui interdit toute entorse "aux obligations contractées par les Etats-Unis dans le cadre d'accords internationaux".

Reuters - Les sénateurs américains se sont prononcés mercredi à une très large majorité pour une atténuation de la disposition "Buy American" du plan de relance de 900 milliards de dollars en discussion à la chambre haute.

 

La mesure en question recommande l'usage exclusif d'acier, de fer et des biens manufacturés américains dans le cadre des grands projets du plan de relance. L'Union européenne et le Canada ont invité lundi les parlementaires américains à y renoncer.


Les élus ont adopté mercredi par acclamations un amendement qui interdit toute entorse "aux obligations contractées par les Etats-Unis dans le cadre d'accords internationaux". La veille, le président Barack Obama avait redouté que la  disposition "Buy American" n'occasionne une guerre commerciale.


"Je pense que ce serait une erreur (...), au moment ou les échanges internationaux se réduisent, de signifier que nous ne nous soucions que de nous et que le commerce mondial ne nous intéresse pas", a-t-il déclaré devant les caméras de Fox News.

Première publication : 05/02/2009

COMMENTAIRE(S)