Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Amériques

Le Sénat nuance la clause "Buy American" du plan de relance

Vidéo par Pauline PACCARD

Dernière modification : 05/02/2009

Le sénat a décidé de conserver cette mesure protectionniste tout en la nuançant par un amendement qui interdit toute entorse "aux obligations contractées par les Etats-Unis dans le cadre d'accords internationaux".

Reuters - Les sénateurs américains se sont prononcés mercredi à une très large majorité pour une atténuation de la disposition "Buy American" du plan de relance de 900 milliards de dollars en discussion à la chambre haute.

 

La mesure en question recommande l'usage exclusif d'acier, de fer et des biens manufacturés américains dans le cadre des grands projets du plan de relance. L'Union européenne et le Canada ont invité lundi les parlementaires américains à y renoncer.


Les élus ont adopté mercredi par acclamations un amendement qui interdit toute entorse "aux obligations contractées par les Etats-Unis dans le cadre d'accords internationaux". La veille, le président Barack Obama avait redouté que la  disposition "Buy American" n'occasionne une guerre commerciale.


"Je pense que ce serait une erreur (...), au moment ou les échanges internationaux se réduisent, de signifier que nous ne nous soucions que de nous et que le commerce mondial ne nous intéresse pas", a-t-il déclaré devant les caméras de Fox News.

Première publication : 05/02/2009

COMMENTAIRE(S)