Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

Amériques

Le Sénat nuance la clause "Buy American" du plan de relance

Vidéo par Pauline PACCARD

Dernière modification : 05/02/2009

Le sénat a décidé de conserver cette mesure protectionniste tout en la nuançant par un amendement qui interdit toute entorse "aux obligations contractées par les Etats-Unis dans le cadre d'accords internationaux".

Reuters - Les sénateurs américains se sont prononcés mercredi à une très large majorité pour une atténuation de la disposition "Buy American" du plan de relance de 900 milliards de dollars en discussion à la chambre haute.

 

La mesure en question recommande l'usage exclusif d'acier, de fer et des biens manufacturés américains dans le cadre des grands projets du plan de relance. L'Union européenne et le Canada ont invité lundi les parlementaires américains à y renoncer.


Les élus ont adopté mercredi par acclamations un amendement qui interdit toute entorse "aux obligations contractées par les Etats-Unis dans le cadre d'accords internationaux". La veille, le président Barack Obama avait redouté que la  disposition "Buy American" n'occasionne une guerre commerciale.


"Je pense que ce serait une erreur (...), au moment ou les échanges internationaux se réduisent, de signifier que nous ne nous soucions que de nous et que le commerce mondial ne nous intéresse pas", a-t-il déclaré devant les caméras de Fox News.

Première publication : 05/02/2009

COMMENTAIRE(S)