Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Amériques

Le Sénat nuance la clause "Buy American" du plan de relance

Vidéo par Pauline PACCARD

Dernière modification : 05/02/2009

Le sénat a décidé de conserver cette mesure protectionniste tout en la nuançant par un amendement qui interdit toute entorse "aux obligations contractées par les Etats-Unis dans le cadre d'accords internationaux".

Reuters - Les sénateurs américains se sont prononcés mercredi à une très large majorité pour une atténuation de la disposition "Buy American" du plan de relance de 900 milliards de dollars en discussion à la chambre haute.

 

La mesure en question recommande l'usage exclusif d'acier, de fer et des biens manufacturés américains dans le cadre des grands projets du plan de relance. L'Union européenne et le Canada ont invité lundi les parlementaires américains à y renoncer.


Les élus ont adopté mercredi par acclamations un amendement qui interdit toute entorse "aux obligations contractées par les Etats-Unis dans le cadre d'accords internationaux". La veille, le président Barack Obama avait redouté que la  disposition "Buy American" n'occasionne une guerre commerciale.


"Je pense que ce serait une erreur (...), au moment ou les échanges internationaux se réduisent, de signifier que nous ne nous soucions que de nous et que le commerce mondial ne nous intéresse pas", a-t-il déclaré devant les caméras de Fox News.

Première publication : 05/02/2009

COMMENTAIRE(S)