Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

Obama pousse son plan de relance au Congrès

Vidéo par Carlotta RANIERI

Dernière modification : 06/02/2009

Le président américain accuse l'opposition de faire bloc contre son plan de relance au Congrès. Le Sénat a rejeté le retrait de la clause protectionniste "Buy American" critiquée par Bruxelles et Tokyo.

AFP - Le président américain Barack Obama a lancé mercredi un sévère avertissement à l'opposition républicaine au Congrès qui fait bloc contre son gigantesque plan de relance de l'économie, sur le ton le plus résolument partisan adopté depuis sa prise de fonctions.

M. Obama a adressé un coup de semonce à ses opposants qui, de plus en plus nombreux, critiquent son plan de plus de 900 milliards de dollars pour les dépenses qu'ils jugent inutiles et le manque de réductions fiscales, ralentissant l'adoption d'un projet de loi dont le nouveau président a fait sa priorité.

"Ces deux derniers jours, j'ai entendu des critiques sur ce plan, qui font précisément écho aux théories qui nous ont menés tout droit à cette crise", a déclaré M. Obama, avant de promulguer une loi sur l'élargissement de la couverture maladie des enfants.

Il a pris pour cible la "notion selon laquelle les réductions d'impôts vont résoudre tous nos problèmes" et mis en garde contre l'idée selon laquelle la crise économique pourrait être résolue avec "la moitié des dispositions, des morceaux de mesures et des petites retouches dans les coins".

M. Obama a également fustigé, sans les nommer, des républicains qui croient selon lui que l'"on peut ignorer des défis fondamentaux, comme le coût élevé de l'assurance maladie, et s'attendre encore à ce que notre pays et notre économie prospèrent".

"Je rejette ces théories, c'est d'ailleurs aussi l'avis des Américains qui se sont rendus aux urnes en novembre et ont voté de manière retentissante pour le changement", a encore lancé le nouveau président, sur le ton le plus partisan qu'il ait adopté depuis son investiture il y a deux semaines.

Des républicains de la Chambre des représentants, qui ont voté "non" au plan de relance la semaine dernière, se sont joints aux sénateurs du même parti mercredi pour exiger une refonte du plan, examiné depuis lundi au Sénat.

Première publication : 05/02/2009

COMMENTAIRE(S)