Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ibrahim al-Jaafari, ministre irakien des Affaires étrangères

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

Economie

Obama pousse son plan de relance au Congrès

Vidéo par Carlotta RANIERI

Dernière modification : 06/02/2009

Le président américain accuse l'opposition de faire bloc contre son plan de relance au Congrès. Le Sénat a rejeté le retrait de la clause protectionniste "Buy American" critiquée par Bruxelles et Tokyo.

AFP - Le président américain Barack Obama a lancé mercredi un sévère avertissement à l'opposition républicaine au Congrès qui fait bloc contre son gigantesque plan de relance de l'économie, sur le ton le plus résolument partisan adopté depuis sa prise de fonctions.

M. Obama a adressé un coup de semonce à ses opposants qui, de plus en plus nombreux, critiquent son plan de plus de 900 milliards de dollars pour les dépenses qu'ils jugent inutiles et le manque de réductions fiscales, ralentissant l'adoption d'un projet de loi dont le nouveau président a fait sa priorité.

"Ces deux derniers jours, j'ai entendu des critiques sur ce plan, qui font précisément écho aux théories qui nous ont menés tout droit à cette crise", a déclaré M. Obama, avant de promulguer une loi sur l'élargissement de la couverture maladie des enfants.

Il a pris pour cible la "notion selon laquelle les réductions d'impôts vont résoudre tous nos problèmes" et mis en garde contre l'idée selon laquelle la crise économique pourrait être résolue avec "la moitié des dispositions, des morceaux de mesures et des petites retouches dans les coins".

M. Obama a également fustigé, sans les nommer, des républicains qui croient selon lui que l'"on peut ignorer des défis fondamentaux, comme le coût élevé de l'assurance maladie, et s'attendre encore à ce que notre pays et notre économie prospèrent".

"Je rejette ces théories, c'est d'ailleurs aussi l'avis des Américains qui se sont rendus aux urnes en novembre et ont voté de manière retentissante pour le changement", a encore lancé le nouveau président, sur le ton le plus partisan qu'il ait adopté depuis son investiture il y a deux semaines.

Des républicains de la Chambre des représentants, qui ont voté "non" au plan de relance la semaine dernière, se sont joints aux sénateurs du même parti mercredi pour exiger une refonte du plan, examiné depuis lundi au Sénat.

Première publication : 05/02/2009

COMMENTAIRE(S)