Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

SCIENCES

La moitié de l'armée américaine sera robotique en 2015

©

Dernière modification : 05/02/2009

Lors du salon "Technology, Entertainment and Design" en Californie, un chercheur a prédit une armée américaine du futur. Outre les drones et les robots démineurs, l'armée recrute déjà ses soldats en utilisant des simulateurs de guerre.

AFP - Des robots sans pitié constitueront les armées du futur et d'ici 2015 l'armée américaine sera formée d'unités mi-hommes mi-machines, a prédit un chercheur américain lors du salon Technology, Entertainement and Design (TED) en Californie (ouest).

"Nous sommes à un tournant en ce qui concerne la guerre, comme l'invention de la bombe atomique", a affirmé mercredi Peter Singer, auteur d'ouvrages sur les conflits armés, avertissant que l'usage de robots permettait certes de sauver des vies militaires, mais risquait d'exacerber les violences en raison de leur absence d'empathie.

L'armée américaine recrute déjà ses soldats en utilisant des simulateurs de guerre et certains outils de commande d'armes réelles ressemblent à s'y méprendre à des manettes de jeux vidéo. En outre, des drones et des robots démineurs sont déjà fréquemment utilisés dans les zones de combat.

"Les Etats-Unis sont en avance pour les robots militaires, mais dans le domaine de la technologie, il n'y a pas d'avance définitive", indique M. Singer. "La Russie, la Chine, le Pakistan et l'Iran travaillent sur des programmes de robots militaires".

Mais, avertit Peter Singer, les robots n'ont ni compassion ni pitié et ils épargnent aux soldats des horreurs que des êtres humains pourraient chercher à éviter.

Il y a également un lien "perturbant" entre la robotique et le terrorisme, ajoute le chercheur, notant qu'"il n'est pas nécessaire de convaincre des robots qu'ils obtiendront 72 vierges (...) pour qu'ils se fassent exploser".

Les robots ont par ailleurs la capacité de tout enregistrer, grâce à des caméras embarquées, ce qui donne lieu à des vidéos diffusées sur des sites de partage comme YouTube, que les militaires appellent "porno militaire".

"Cela transforme la guerre en divertissement, parfois en musique", relève le chercheur.

 

Première publication : 05/02/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)