Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Le PSG s'offre un succès de prestige face au Barça

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Mafalda, une héroïne éprise de paix et de justice

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

SCIENCES

La moitié de l'armée américaine sera robotique en 2015

Dernière modification : 05/02/2009

Lors du salon "Technology, Entertainment and Design" en Californie, un chercheur a prédit une armée américaine du futur. Outre les drones et les robots démineurs, l'armée recrute déjà ses soldats en utilisant des simulateurs de guerre.

AFP - Des robots sans pitié constitueront les armées du futur et d'ici 2015 l'armée américaine sera formée d'unités mi-hommes mi-machines, a prédit un chercheur américain lors du salon Technology, Entertainement and Design (TED) en Californie (ouest).

"Nous sommes à un tournant en ce qui concerne la guerre, comme l'invention de la bombe atomique", a affirmé mercredi Peter Singer, auteur d'ouvrages sur les conflits armés, avertissant que l'usage de robots permettait certes de sauver des vies militaires, mais risquait d'exacerber les violences en raison de leur absence d'empathie.

L'armée américaine recrute déjà ses soldats en utilisant des simulateurs de guerre et certains outils de commande d'armes réelles ressemblent à s'y méprendre à des manettes de jeux vidéo. En outre, des drones et des robots démineurs sont déjà fréquemment utilisés dans les zones de combat.

"Les Etats-Unis sont en avance pour les robots militaires, mais dans le domaine de la technologie, il n'y a pas d'avance définitive", indique M. Singer. "La Russie, la Chine, le Pakistan et l'Iran travaillent sur des programmes de robots militaires".

Mais, avertit Peter Singer, les robots n'ont ni compassion ni pitié et ils épargnent aux soldats des horreurs que des êtres humains pourraient chercher à éviter.

Il y a également un lien "perturbant" entre la robotique et le terrorisme, ajoute le chercheur, notant qu'"il n'est pas nécessaire de convaincre des robots qu'ils obtiendront 72 vierges (...) pour qu'ils se fassent exploser".

Les robots ont par ailleurs la capacité de tout enregistrer, grâce à des caméras embarquées, ce qui donne lieu à des vidéos diffusées sur des sites de partage comme YouTube, que les militaires appellent "porno militaire".

"Cela transforme la guerre en divertissement, parfois en musique", relève le chercheur.

 

Première publication : 05/02/2009

COMMENTAIRE(S)