Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Syrie : "L'Armée de la conquête" à la recherche de respectabilité

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

DÉBAT

Migrants à Calais : comment sortir de l'impasse ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Migrants à Calais : comment sortir de l'impasse ? (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'Assemblée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : le FMI pose ses conditions et jette un froid

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

Amériques

Joe Biden attendu à la conférence sur la sécurité à Munich

Vidéo par Lise BARCELLINI

Dernière modification : 07/02/2009

Le vice-président américain Joe Biden doit prononcer, samedi, lors de la conférence internationale sur la sécurité, en Allemagne, les grandes lignes de la politique étrangère de la Maison Blanche.

AFP - Barack Obama envoie ce week-end à Munich son vice-président à la tête d'une délégation d'un niveau peut-être sans précédent pour signaler que les Etats-Unis écoutent leurs partenaires, à l'heure d'élaborer une nouvelle politique étrangère très attendue.

Le numéro 2 américain Joe Biden prononcera samedi, devant la Conférence internationale sur la sécurité organisée dans le sud de l'Allemagne, ce qu'un responsable de l'administration a décrit comme "le premier grand discours de politique étrangère de la Maison Blanche".

Au moment où M. Obama a fort à faire pour combattre la crise économique aux Etats-Unis, M. Biden "soulignera la vision de la politique étrangère et de la sécurité nationale que cette administration apporte avec elle sur la scène mondiale", selon ce responsable s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

Il s'agit de rappeler la volonté de multilatéralisme de M. Obama. Ce responsable dissimule à peine qu'il s'agit aussi de rompre avec le passé, après les années Bush marquées par la guerre en Irak et achevées dans les crispations américano-russes.

M. Obama veut faire passer ce message: les relations avec l'Europe sont "toujours capitales pour cette administration", selon le responsable. Réparer les liens dégradés avec certains pays tout en développant les relations existantes avec les autres est une chose que le gouvernement américain prend "très au sérieux", a noté le responsable car "il n'y a virtuellement aucun problème dans le monde que l'Amérique puisse résoudre par elle-même".

Si les rapports avec des alliés traditionnels se sont rétablis depuis la guerre en Irak, la Russie est présente dans bien des esprits américains dans la perspective de la réunion de Munich.

"Oui, la Russie fait partie de l'Europe et nous considérons nos relations avec la Russie comme très importantes", souligne le même responsable.

M. Obama envoie aussi à Munich son conseiller à la Sécurité nationale, le général James Jones, et son émissaire spécial pour l'Afghanistan et le Pakistan, Richard Holbrooke. Le général David Petraeus, commandant les forces militaires américaines de la Méditerranée à l'Afghanistan, est également annoncé.

Une incertitude demeure sur la délégation russe.

Mais M. Biden aura des entretiens bilatéraux en marge de la conférence et des discussions américano-russes paraissaient plausibles.

Face aux conjectures sur une annonce destinée par exemple à apaiser la Russie, les responsables américains disent ne pas se rendre à Munich pour claironner de nouvelles politiques. M. Biden ne fait pas non plus le déplacement pour "conclure des accords" lors de ses entretiens bilatéraux.

Il s'agit davantage de souligner la communauté d'intérêt face aux grands défis internationaux, de rappeler les grands principes de M. Obama comme le refus de choisir entre la sécurité des Etats-Unis et leurs valeurs, de "donner le ton" des rapports à venir et de "partir du bon pied", selon ces responsables.

M. Biden devrait souligner la nécessité pour la communauté internationale de redoubler d'efforts en Afghanistan, une des grandes priorités internationales de M. Obama.

Cependant, si la diplomatie vis-à-vis de l'Iran est elle aussi réexaminée, il ne faut pas compter sur des entretiens entre M. Biden et le président du parlement iranien Ali Larijani par exemple.

"Il n'est pas prévu de rencontrer quiconque venu d'Iran", ajoute le responsable américain, tout en disant ne pas savoir ce qui se passera "s'ils se croisent dans un couloir".

Première publication : 06/02/2009

COMMENTAIRE(S)