Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Le Sénat toujours divisé sur le plan de relance

Dernière modification : 06/02/2009

Alors que le plan de relance américain est en discussion au Sénat depuis lundi, les débats ont été interrompus pour la nuit et reprendront vendredi autour d'une éventuelle réduction de la taille de ce plan de 900 milliards de dollars.

AFP - Le Sénat américain a ajourné les débats jeudi soir sur le plan de relance économique soutenu par Barack Obama, alors que les négociations se poursuivaient sur un éventuel compromis pour tailler dans les 900 milliards de dollars prévus pour sauver l'économie américaine.

"Je suis optimiste sur le fait que nous puissions parvenir à quelque chose demain", a dit le chef de la majorité démocrate Harry Reid jeudi soir à la suspension des débats.

Les débats reprendront vendredi à 10H00 (15H00 GMT).

Jeudi dans la journée, le président Barack Obama avait fermement indiqué que "le moment de discuter" était terminé et que l'heure était venue d'agir.

"Personne n'ira où que ce soit, tant que ce projet de loi ne sera pas bouclé", avait renchéri le secrétaire général de la Maison Blanche Rahm Emanuel lors d'un point presse.

Mais les tractations se poursuivaient à la chambre haute pour tenter de tailler dans les quelque 920 milliards de dollars du plan.

En outre, avant d'adopter le plan de relance, le Sénat doit terminer d'examiner une série d'amendements, et clôturer le débat par un vote formel.

Si aucun terrain d'entente n'est trouvé vendredi, M. Reid a prévenu qu'il utiliserait la procédure parlementaire pour clore les débats, ce qui aboutirait à un vote sur le plan de relance samedi ou dimanche.

Devant l'inflation du coût total du plan, plusieurs sénateurs républicains et quelques démocrates réclament des réductions drastiques dans les dépenses prévues.

Ainsi, le démocrate Ben Nelson et la républicaine Susan Collins, deux parlementaires modérés, travaillent à baisser le coût global du plan.

Mme Collins, qui a rencontré Barack Obama mercredi pour lui présenter une liste de réductions des "dépenses inutiles", devait annoncer jeudi un projet d'amendement conjoint avec le sénateur Nelson.

Or, jeudi soir, les sénateurs Nelson et Collins qui travaillent avec d'autres collègues n'étaient toujours pas parvenus à un accord sur un amendement issu des deux partis.

Parallèlement, le sénateur démocrate Chuck Schumer a résumé la position de son parti en faveur d'un vote rapide en affirmant: "nous préférons adopter un bon projet de loi avec 65 voix qu'un projet de loi qui ne fonctionne pas avec 80 voix".

L'opposition dispose d'une minorité de blocage de 41 sièges sur 100 au Sénat.

Par ailleurs, mercredi, le Sénat a assoupli la clause "Buy American" (Achetez américain) du plan de relance sous la pression de la Maison Blanche et des partenaires commerciaux des Etats-Unis.

Les sénateurs ont adopté un amendement qui change la formulation de la clause protectionniste qui imposait l'achat de métaux et de produits industriels américains pour tout projet financé par le plan de relance.

Selon le nouveau texte, ces dispositions devront être "appliquées d'une manière cohérente avec les obligations des Etats-Unis en vertu des accords internationaux".

Le gigantesque plan de relance économique américain est en discussion au Sénat depuis lundi.

Une première version du plan, d'un montant total de 819 milliards, a déjà été adoptée par la Chambre des représentants à majorité démocrate, sans aucune voix républicaine.

Une fois que le Sénat se sera prononcé, les deux chambres devront confronter leur versions respectives au sein d'une "conférence" chargée de trouver un texte de compromis. La clause "Buy American" pourrait y subir d'autres atténuations.

Première publication : 06/02/2009

COMMENTAIRE(S)