Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ?

En savoir plus

FOCUS

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Erasmus, 30 ans de bonheur estudiantin ?

En savoir plus

Amériques

Obama fustige le Sénat pour le retard pris sur le plan de relance

Vidéo par Benoît PERROCHAIS

Dernière modification : 07/02/2009

Le président Barack Obama juge que le retard pris dans l'adoption du plan de relance par le Sénat est "inexcusable": "Il est irresponsable d'être bloqué et retardé pendant que des millions d'Américains sont licenciés", a-t-il déclaré.

AFP - Le président américain Barack Obama a jugé vendredi que le retard pris dans l'adoption du plan de relance par le Sénat était "irresponsable" et "inexcusable" après l'annonce des chiffres désastreux de l'emploi aux Etats-Unis.

  

"Il est inexcusable et irresponsable d'être ainsi bloqué et retardé pendant que des millions d'Américains sont licenciés", a déclaré le président américain dans un discours transmis par la Maison Blanche et qu'il devait prononcer vendredi.

  

Les Etats-Unis ont supprimé 598.000 emplois en janvier, ce qui fait de ce mois le plus destructeur pour l'emploi depuis décembre 1974, et l'un des pires de l'histoire récente américaine.

  

"Je suis sûr qu'à l'autre bout de Pennsylvania Avenue (au Capitole où siège le Congrès, ndlr), les membres du Sénat ont lu les mêmes chiffres ce matin", a-t-il lancé en visant l'opposition républicaine, qui bloque l'adoption du plan de plus de 900 milliards de dollars.

  

"J'espère qu'ils partagent mon sentiment d'urgence et qu'ils sont arrivés à la même conclusion: la situation ne saurait être plus grave, ces chiffres (du chômage) demandent qu'on agisse".

  

"Il est temps que le Congrès agisse", a-t-il insisté. "Il est temps d'adopter le plan de relance pour remettre notre économie sur les rails".

 

Première publication : 06/02/2009

COMMENTAIRE(S)