Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il y a trop de murs, les gens ne se parlent plus"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'ouragan Maria frappe les Antilles

En savoir plus

Amériques

Biden présente la nouvelle diplomatie américaine

Vidéo par Pauline GODART

Dernière modification : 08/02/2009

À Munich, le vice-président américain a dévoilé les grandes lignes de la politique étrangère que compte mener la Maison Blanche. Selon lui, les États-Unis "pratiqueront le dialogue, écouteront et consulteront" ses partenaires internationaux.

Reuters - Les Etats-Unis continueront de développer un bouclier antimissile pour prévenir une menace de l'Iran s'il s'avère que le système est fonctionnel et efficace en termes de coût, a déclaré samedi le vice-président américain Joseph Biden.

"Nous continuerons de développer des défenses antimissile pour contrer une capacité de frappe croissante de l'Iran, à condition que la technologie s'avère fonctionnelle et efficace en termes de coût", a-t-il dit devant la conférence annuelle de Munich sur la sécurité.

Joe Biden a ajouté que Washington poursuivrait son projet "en consultation avec nos alliés de l'Otan et la Russie".

La Russie est opposée à ce projet dont certaines parties doivent être déployées en Pologne et en République tchèque. Mais Moscou a envoyé des messages conciliants ces derniers jours à la nouvelle administration américaine.

Biden a estimé qu'il était temps de mettre fin à une "dangereuse dérive" dans les relations entre la Russie et les pays membres de l'Otan.

Il a ajouté que les Etats-Unis ne seraient pas d'accord sur tout avec la Russie et ne lui reconnaîtraient pas une "sphère d'influence".
 

Première publication : 07/02/2009

COMMENTAIRE(S)