Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Sarraj : "Nous avons besoin de l’aide de l’ONU pour organiser des élections en Libye"

En savoir plus

FOCUS

Discrimination positive au Brésil : des étudiants dénoncent des fraudes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Valérian", dernière superproduction de Besson, débarque en France

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

États-Unis : "le simulacre d'assurance maladie" au Sénat

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron réconcilie les Libyens"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Accord inédit sur la Libye

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Elan de solidarité après les incendies dans le sud de la France

En savoir plus

LE DÉBAT

Libye : vers une sortie de crise ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Libye : vers une sortie de crise ? (partie 1)

En savoir plus

Amériques

Biden présente la nouvelle diplomatie américaine

Vidéo par Pauline GODART

Dernière modification : 08/02/2009

À Munich, le vice-président américain a dévoilé les grandes lignes de la politique étrangère que compte mener la Maison Blanche. Selon lui, les États-Unis "pratiqueront le dialogue, écouteront et consulteront" ses partenaires internationaux.

Reuters - Les Etats-Unis continueront de développer un bouclier antimissile pour prévenir une menace de l'Iran s'il s'avère que le système est fonctionnel et efficace en termes de coût, a déclaré samedi le vice-président américain Joseph Biden.

"Nous continuerons de développer des défenses antimissile pour contrer une capacité de frappe croissante de l'Iran, à condition que la technologie s'avère fonctionnelle et efficace en termes de coût", a-t-il dit devant la conférence annuelle de Munich sur la sécurité.

Joe Biden a ajouté que Washington poursuivrait son projet "en consultation avec nos alliés de l'Otan et la Russie".

La Russie est opposée à ce projet dont certaines parties doivent être déployées en Pologne et en République tchèque. Mais Moscou a envoyé des messages conciliants ces derniers jours à la nouvelle administration américaine.

Biden a estimé qu'il était temps de mettre fin à une "dangereuse dérive" dans les relations entre la Russie et les pays membres de l'Otan.

Il a ajouté que les Etats-Unis ne seraient pas d'accord sur tout avec la Russie et ne lui reconnaîtraient pas une "sphère d'influence".
 

Première publication : 07/02/2009

COMMENTAIRE(S)