Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

Amériques

Biden présente la nouvelle diplomatie américaine

Vidéo par Pauline GODART

Dernière modification : 08/02/2009

À Munich, le vice-président américain a dévoilé les grandes lignes de la politique étrangère que compte mener la Maison Blanche. Selon lui, les États-Unis "pratiqueront le dialogue, écouteront et consulteront" ses partenaires internationaux.

Reuters - Les Etats-Unis continueront de développer un bouclier antimissile pour prévenir une menace de l'Iran s'il s'avère que le système est fonctionnel et efficace en termes de coût, a déclaré samedi le vice-président américain Joseph Biden.

"Nous continuerons de développer des défenses antimissile pour contrer une capacité de frappe croissante de l'Iran, à condition que la technologie s'avère fonctionnelle et efficace en termes de coût", a-t-il dit devant la conférence annuelle de Munich sur la sécurité.

Joe Biden a ajouté que Washington poursuivrait son projet "en consultation avec nos alliés de l'Otan et la Russie".

La Russie est opposée à ce projet dont certaines parties doivent être déployées en Pologne et en République tchèque. Mais Moscou a envoyé des messages conciliants ces derniers jours à la nouvelle administration américaine.

Biden a estimé qu'il était temps de mettre fin à une "dangereuse dérive" dans les relations entre la Russie et les pays membres de l'Otan.

Il a ajouté que les Etats-Unis ne seraient pas d'accord sur tout avec la Russie et ne lui reconnaîtraient pas une "sphère d'influence".
 

Première publication : 07/02/2009

COMMENTAIRE(S)