Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MARDI POLITIQUE

François Rebsamen : "Un président sortant ne doit pas se soumettre à une primaire"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Rebsamen : "La clé, c'est avoir un seul candidat de la gauche"

En savoir plus

FOCUS

Corée du Sud : la rue en passe de faire chuter la présidente Park Geung-Hye

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jean-Michel Jarre : "L’électro européenne a envahi le monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Corée du Sud : les "chaebols" sous le feu des questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Leçon de diplomatie chinoise pour le néophyte Donald Trump"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux de Manuel Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls est-il capable de rassembler les socialistes ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'organisation EI perd la ville de Syrte, son fief en Libye

En savoir plus

Amériques

Le Sénat parvient à un accord de principe sur le plan de relance

Vidéo par Nadia CHARBIT

Dernière modification : 07/02/2009

Après d'intenses négociations, sénateurs démocrates et républicains sont parvenus à un accord de principe sur le plan de relance économique soutenu par Barack Obama. Revu à la baisse, le plan s'élève à environ 780 milliards de dollars.

AFP - Les sénateurs américains sont parvenus vendredi à un accord sur un plan de relance de l'économie d'environ 780 milliards de dollars, a annoncé le sénateur démocrate du Nebraska, Ben Nelson devant le Sénat.


"Nous avons trouvé un accord entre démocrates et républicains sur un plan" créant des emplois et de la croissance, a déclaré M. Nelson, l'un des principaux négociateurs du parti démocrate.

"Au total le plan s'élève à 780 milliards de dollars", a-t-il ajouté.

Le sénateur a indiqué avoir travaillé dur avec sa collègue républicaine Susan Collins, sénatrice du Maine (nord-est) pour arriver à un compromis qui puisse être acceptable pour les républicains modérés.

Avant le compromis et un sérieux travail de coupes claires, le plan de relance s'élevait à environ 920 milliards de dollars.

Face à la lenteur des tractations, le président Obama avait tapé du poing sur la table vendredi, adoptant un ton beaucoup moins conciliant que celui qu'il avait adopté jusque-là pour tenter de séduire certains sénateurs républicains.

"Il est inexcusable et irresponsable d'être ainsi bloqué et retardé pendant que des millions d'Américains sont licenciés", avait déclaré M. Obama.

Vendredi après-midi, il avait ajouté une pression supplémentaire sur les parlementaires en dépêchant au Capitole son secrétaire général Rahm Emanuel, qui n'a fait aucun commentaire devant la presse.

Le président estime que ce plan est absolument crucial pour sortir l'économie américaine de la récession et faire cesser l'hémorragie d'emplois.

Si ce texte est finalement adopté par le Sénat, il devra être réconcilié avec celui déjà adopté par la Chambre des représentants. Le texte de compromis sera alors remis au vote dans les deux chambres.

 

Première publication : 07/02/2009

COMMENTAIRE(S)