Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget de la zone euro : Paris espère un accord "substantiel" à Berlin

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Thaïlande, le crime de lèse-canidé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump: "C'est la faute d'Angela Merkel"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le PDCI, allié de Ouattara, rejette un "parti unifié"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration : de l'Espagne aux Etats-Unis en passant par l'Allemagne, les voix s'élèvent

En savoir plus

FOCUS

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Anjan Sundaram : "Au Rwanda, l'État s’impose sur la réalité"

En savoir plus

Amériques

Le Sénat parvient à un accord de principe sur le plan de relance

Dernière modification : 07/02/2009

Après d'intenses négociations, sénateurs démocrates et républicains sont parvenus à un accord de principe sur le plan de relance économique soutenu par Barack Obama. Revu à la baisse, le plan s'élève à environ 780 milliards de dollars.

AFP - Les sénateurs américains sont parvenus vendredi à un accord sur un plan de relance de l'économie d'environ 780 milliards de dollars, a annoncé le sénateur démocrate du Nebraska, Ben Nelson devant le Sénat.


"Nous avons trouvé un accord entre démocrates et républicains sur un plan" créant des emplois et de la croissance, a déclaré M. Nelson, l'un des principaux négociateurs du parti démocrate.

"Au total le plan s'élève à 780 milliards de dollars", a-t-il ajouté.

Le sénateur a indiqué avoir travaillé dur avec sa collègue républicaine Susan Collins, sénatrice du Maine (nord-est) pour arriver à un compromis qui puisse être acceptable pour les républicains modérés.

Avant le compromis et un sérieux travail de coupes claires, le plan de relance s'élevait à environ 920 milliards de dollars.

Face à la lenteur des tractations, le président Obama avait tapé du poing sur la table vendredi, adoptant un ton beaucoup moins conciliant que celui qu'il avait adopté jusque-là pour tenter de séduire certains sénateurs républicains.

"Il est inexcusable et irresponsable d'être ainsi bloqué et retardé pendant que des millions d'Américains sont licenciés", avait déclaré M. Obama.

Vendredi après-midi, il avait ajouté une pression supplémentaire sur les parlementaires en dépêchant au Capitole son secrétaire général Rahm Emanuel, qui n'a fait aucun commentaire devant la presse.

Le président estime que ce plan est absolument crucial pour sortir l'économie américaine de la récession et faire cesser l'hémorragie d'emplois.

Si ce texte est finalement adopté par le Sénat, il devra être réconcilié avec celui déjà adopté par la Chambre des représentants. Le texte de compromis sera alors remis au vote dans les deux chambres.

 

Première publication : 07/02/2009