Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

EUROPE

Prague critique les propos de Sarkozy sur les délocalisations

Dernière modification : 11/02/2009

Pour la République tchèque, les propos de Nicolas Sarkozy, qui s'est déclaré opposé à la délocalisation des usines des constructeurs français d'automobiles vers ce pays, représente une menace pour la ratification du traité de Lisbonne.

AFP - Le Premier ministre tchèque Mirek Topolanek estime lundi que le souhait du président français Nicolas Sarlozy d'arrêter en France les délocalisations de l'industrie automobile et de "si possible" relocaliser était une menace pour la ratification du traité européen de Lisbonne.

"Si quelqu'un voulait vraiment compromettre la ratification du Traité de Lisbonne, il ne pouvait pas choisir un meilleur prétexte et un meilleur moment", a estimé Mirek Topolanek dans le quotidien tchèque Hospodarske à paraître lundi et disponible dimanche sur le site internet du journal.

"Je ne veux pas être alarmiste, et je voterai en faveur (du traité) de Lisbonne, mais il y a un grand pays qui prend des décisions qui va affecter nos vies", a-t-il indiqué dans un entretien au quotidien.

La République Tchèque, qui préside jusqu'au 1er juillet 2009 l'Union européenne, est le dernier Etat de l'UE à ne pas avoir ratifié par la voie parlementaire ou par référendum ce texte destiné à consolider l'Union européenne.

Les opposants au traité de Lisbonne en République Tchèque, conduits par l'eurosceptique président Vaclav Klaus, craignent que le pays ne perde une partie de sa souveraineté en cas d'entrée en vigueur du traité de Lisbonne.

Le président Sarkozy avait notamment déclaré, le 5 février au cours d'un entretien télévisé vouloir "qu'on arrête les délocalisations et que si possible on relocalise".

"Qu'on crée une usine Renault en Inde pour vendre des Renault aux Indiens est justifié, mais qu'on crée une usine en Tchéquie pour vendre des voitures en France, ce n'est pas justifié", avait estimé le président français.

"Ce que Nicolas Sarkozy a dit était incroyable" a estimé le Premier ministre tchèque dont le pays abrite, à 70 kilomètres de Prague, une usine de voitures détenue par le Français PSA-Peugeot Citroën et le Japonais Toyota et qui a produit 324.000 véhicules en 2008.

 

Première publication : 09/02/2009

COMMENTAIRE(S)