Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Ajax Amsterdam - PSG en direct

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

FRANCE

Brûlée vive en 2005, Shérazade réclame une "peine sévère"

Dernière modification : 10/02/2009

Shérazade Belayni, brûlée vive en novembre 2005 par un Pakistanais qu'elle refusait d'épouser, confronte son agresseur lors d'un procès à huis clos devant la cour d'assises de Seine-Saint-Denis.

AFP - Shérazade Belayni, brûlée vive en novembre 2005 par un Pakistanais qu'elle refusait d'épouser, a souhaité mardi "une peine sévère" pour son agresseur, qui ait valeur de "symbole dans le combat contre les violences faites aux femmes".
  
Shérazade sera confrontée pour la première fois depuis le drame à son agresseur, jugé de mardi à vendredi à huis clos devant la cour d'assises de Seine-Saint-Denis.
  
"J'attends qu'il soit reconnu coupable et condamné à une peine à la mesure de ce qu'il a fait", a déclaré au Parisien la jeune femme, au premier jour du procès.
  
Une "peine sévère (...) qui punira une tentative d'assassinat commise dans des conditions atroces (...) serait aussi un symbole dans le combat contre les violences faites aux femmes", a-t-elle estimé.
  
La jeune fille, dont le corps a été brûlé à 60%, affirme avoir demandé le huis clos pour avoir une explication en face-à-face avec Mushtaq Amer Butt, âgé aujourd'hui de 28 ans.
  
"Il y a des choses que je veux entendre de lui", "qu'il me dise pourquoi", dit-elle.
  
Le 13 novembre 2005, à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis), Mushtaq Amer Butt avait heurté volontairement la jeune fille avec sa voiture. Il l'avait aspergée d'essence et mit le feu à ses cheveux. Shérazade avait pu être sauvée par des riverains alertés par ses cris.
  
"Aujourd'hui, je n'ai pas peur", dit-elle. "Je stresse beaucoup mais ce n'est pas de la peur".
  
La jeune femme, qui travaille à la direction centrale de la police judiciaire, est également vice-présidente de l'association Ni putes, ni soumises.

Première publication : 10/02/2009

COMMENTAIRE(S)