Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

Sports

Le Brésil bat l'Italie en match amical (2-0)

Dernière modification : 19/02/2009

Mardi à Londres, le Brésil s'est facilement imposé face à l'Italie en match amical par 2 buts à 0. La Seleçao de Dunga a nettement dominé les Italiens, qui n'ont pu faire le break en deuxième période malgré un but refusé de Pirlo.

AFP - Un Brésil joueur a tranquillement et joliment dominé une Italie sans grand talent (2-0), dans un duel amical entre les deux derniers champions du monde mardi soir à l'Emirates Stadium de Londres.

Laborieux dans le tournoi sud-américain de qualifications pour le Mondial-2010, les "auriverde" se sont imposés sur de jolis buts des joueurs de Manchester City, Elano (13) et Robinho (27), auxquels la "squadra azzurra" n'a pas répondu, malgré une seconde période plus volontaire.

Ces sélections se sont partagées la moitié des Coupes du monde, cinq pour les Brésiliens, quatre pour les Italiens, dont les finales perdues (1970 et 1994) l'ont été face à la Seleçao.

Mais leur dernier duel remontait à 1997 à Lyon (3-3). Les buteurs d'alors s'appelaient Del Piero, Romario, Ronaldo...

Les stars ne sont plus les mêmes, mais les noms restent ronflants, malgré l'absence de Kaka: Fabio Cannavaro, Andrea Pirlo, Gianluigi Buffon d'un côté, Ronaldinho, Robinho, Alexandre Pato de l'autre.


Boîte à crampons

Les Italiens auraient dû ouvrir le score, sans un hors-jeu faussement signalé de Fabio Grosso dont le plat du pied gauche, sur un ballon dans la profondeur de Pirlo, n'avait laissé aucune chance à Julio Cesar (4).

C'était poudre aux yeux, car cette soirée londonienne se dansait vite sur un air de samba. Un mouvement d'école Ronaldinho-Elano-Robinho laissait l'arrière-garde européenne pétrifiée et se concluait d'un plat du pied droit par le second (13).

De passeur, Robinho se faisait alors personnage principal: il dépossédait Pirlo à l'entrée de la surface, s'enfonçait à gauche, et de quelques touchers chaloupés donnait des allures de pachydermes à Gianluca Zambrotta et Nicola Legrottaglie pour corser la note d'un tir croisé du gauche (27).

Les jeux faits après ces deux instants de brillance, le Brésil se relâchait. Dans le même temps, l'Italie se rebellait et sortait la boîte à crampons.

Le sursaut aboutissait à un nouveau but refusé, justement cette fois, pour une faute de main de Luca Toni (65), et à quelques minutes de gloire pour le gardien brésilien Julio Cesar, qui réussissait un exploit devant le même Toni (82), avant de boxer un bon coup franc de Grosso (87).

Première publication : 10/02/2009

COMMENTAIRE(S)