Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Economie

UBS annonce 2 000 suppressions de postes supplémentaires

Dernière modification : 10/02/2009

Frappée de plein fouet par la crise des "subprimes", la première banque helvétique a annoncé, mardi, une perte annuelle record de plus de 13 milliards d'euros. Résultat, l'institution doit sacrifier quelque 2 000 postes supplémentaires.

AFP - La banque suisse UBS a publié mardi une perte nette annuelle de 19,7 milliards de francs suisses (13 milliards d'euros), la plus importante en Europe dans la crise des "subprime", décidé 2.000 nouvelles supressions d'emplois, et demeure prudente pour cette année.

La perte annuelle est plus lourde que les prévisions des analystes, qui tablaient sur un résultat négatif de 17,67 milliards de francs suisses en moyenne, selon l'agence financière AWP.

En 2007, le numéro un bancaire helvétique avait déjà enregistré une perte nette de 5,247 milliards.

L'hémorragie de capitaux s'est poursuivie sur les trois derniers mois de l'année, avec des sorties nettes de 85,8 milliards, selon un communiqué.

"Les afflux nets d'argent frais dans les unités de gestion de fortune et de gestion d'actifs ont été positifs en janvier", a affirmé UBS, ajoutant cependant que "la situation des marchés financiers demeure fragile".

En 2008, ces reflux ont totalisé 226 milliards, démontrant la perte de confiance auprès de ses clients.

UBS, qui avait annoncé une séparation de ses activités en trois entités distinctes, a par ailleurs créé deux nouvelles divisions: la gestion de fortune et banque suisse, et la gestion de fortune Amériques, séparant encore un peu plus ses activités dans la Confédération de celles aux Etats-Unis.

Le leader mondial de la gestion de fortune a par ailleurs annoncé 2.000 suppressions d'emplois supplémentaires dans son unité banque d'affaires, dont les effectifs sont ramenés à 15.000 personnes.

Au total, UBS aura supprimé 11.000 postes depuis octobre 2007.

Pour l'année en cours, l'établissement helvétique demeure "prudent quant aux perspectives à court terme".

La banque d'affaires, principale responsable de la débâcle, a tiré les comptes dans le rouge au dernier trimestre, avec une perte de 7,4 milliards, la gestion de fortune ayant enregistré un bénéfice avant impôt de 1,1 milliard (-39%).

La Banque nationale suisse (BNS), qui avait volé au secours d'UBS en octobre, a annoncé son intention de réduire le montant de reprise des actifs illiquides de la banque, de 60 milliards à 39,1 milliards de dollars.

La transaction avec la banque centrale s'est soldée par une charge de 4,2 milliards de francs suisses.

UBS, qui est accusée aux Etats-Unis d'avoir aidé des clients à frauder le fisc, n'a pas divulgué d'élément supplémentaire sur cette affaire, son directeur général Marcel Rohner se bornant à dire que la banque continuait à collaborer avec les autorités américaines, lors d'une conférence de presse téléphonique.

Première publication : 10/02/2009

COMMENTAIRE(S)