Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début l'opération israélienne

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

Economie

Les Bourses en forte baisse après le plan Geithner

©

Dernière modification : 11/02/2009

Les Bourses européennes ont creusé leurs pertes en clôture mardi, dans le sillage de Wall Street après l'annonce du plan Geithner, un programme de sauvetage des banques américaines jugé trop complexe dans sa structure et parfois trop vague.

AFP - Jugé trop complexe dans sa structure, trop vague sur certaines dispositions essentielles, le plan Geithner de statibilisation du système financier a eu pour première conséquence un plongeon des marchés, déçus de ne pas y trouver de solution miracle à la crise.

Le programme présenté "semble n'être qu'un nouvel exemple des interventions ratées observées depuis un an et demi: optimistes et peu concluantes", a lancé l'éditorialiste du Financial Times Martin Wolf sur le site du quotidien.

Un avis qu'ont semblé partager les investisseurs. A la Bourse de New York, l'indice vedette Dow Jones a plonté de 4,62%, retombant sous le seuil des 8.000 points. Le Nasdaq a cédé 4,20% et l'indice Standard & Poor's, plus représentatif de par sa composition élargie, 4,91%.

En Europe, les marchés, qui n'ont disposé que de quelques minutes pour réagir, ont aussi accusé le coup: Paris a lâché 3,64%, Londres 2,19% et Francfort 3,46%.

En baisse modeste à l'ouverture, les indices de Wall Street ont plongé alors que s'exprimait le secrétaire au Trésor Tim Geithner.

Ses mesures, dont l'essentiel avait été révélé par la presse ces derniers jours, avaient été anticipées en fin de semaine dernière par le marché, qui était nettement monté, et les analystes avaient averti d'un probable repli à leur annonce.

"Le plan est compliqué, cela n'aide pas", a ajouté Mace Blicksilver, directeur du gestionnaire d'actifs Marblehead Asset Management.

Le Trésor va notamment créer une structure à capitaux mixtes public-privé pour reprendre les actifs douteux qui plombent les bilans des banques.

Cette dernière mesure est "subtile", selon Gregori Volokhine, responsable de la stratégie de Meeschaert New York. "Mais le marché n'a pas apprécié la subtilité proposée".

D'autant que M. Geithner est apparu "comme un technocrate qui lit son papier et annonce des mesures qui demandent à être affinées", a relevé l'analyste. "Il n'y a pas de baguette magique. Il a prévenu que la route serait longue. Quand on dit ça à un investisseur, il vend."

Les 30 valeurs composant l'indice Dow Jones ont fini dans le rouge, mais les valeurs bancaires ont accusé les reculs les plus marqués: Bank of America a dévissé de 19,30% et Citigroup de 15,19%.

Pour David Kotok, président de Cumberland Advisors, le secrétaire au Trésor est resté "vague, à dessein". "Les marchés et le pays veulent de la clarté, de la transparence et de la fiabilité. A la place, ils ont eu des promesses".

Même constat pour Elsa Dargent, de Natixis, qui avoue trouver le plan "décevant: il manque de détails sur la mise en oeuvre des différentes structures".

"Le diable sera dans les détails de la construction de la structure de défaisance et dans le mécanisme d'évaluation" des actifs rachetés aux banques, a renchéri Douglas Elliott, de l'institut Brookings.

Très vague sur le premier point, M. Geithner n'a pas apporté de réponse au deuxième. C'est pourtant à cette épineuse question que s'était heurtée l'administration précédente, qui avait renoncé à cette idée.

Le rachat de ces actifs "sera extrêmement risqué à mettre en oeuvre", a prévenu M. Elliott.

Les investisseurs ont aussi été déçus par l'absence d'assouplissement des règles imposant l'évaluation des actifs des banques à leur valeur de marché, contrairement aux rumeurs qui couraient ces derniers jours.

"C'est un peu triste comme réaction de marché", a soupiré Gregori Volokhine. "Si le marché ne donne pas le bénéfice du doute au plan, qu'on commence à le démolir alors qu'il n'est pas mis en oeuvre, on détruit encore plus l'économie", a-t-il jugé.

 

Première publication : 11/02/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)