Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Jean-François Piège

En savoir plus

FRANCE

Le FN condamné à verser près de 7 millions d'euros à Le Rachinel

Dernière modification : 11/02/2009

En pleine fronde anti-Marine Le Pen, le Front national a été condamné à rembourser 6,3 millions d'euros de dettes et verser des intérêts à son important bailleur de fonds Fernand Le Rachinel, qui avait claqué la porte du parti en octobre.

AFP - La cour d'appel de Versailles a condamné mercredi le Front national à rembourser plus de 6,3 millions d'euros de dettes majorées de près de 600.000 euros d'intérêts à l'eurodéputé du Front national Fernand Le Rachinel.
   
Fernand Le Rachinel, vieux compagnon de route de Jean-Marie Le Pen, avait saisi le tribunal de Nanterre pour se voir reconnaître une dette d'environ 6,7 millions d'euros de la part du parti, en difficulté financière depuis ses scores défavorables aux législatives 2007.
   
Mais le Front national avait argué de "surfacturations" de la part de M. Le Rachinel pour justifier son refus de payer. L'argent prêté - près de 8 millions d'euros - était en effet utilisé par le parti pour acheter des documents électoraux et des services aux candidats, notamment auprès de sociétés appartenant à M. Le Rachinel, imprimeur de profession.
   
Dans son jugement rendu en octobre 2008, la 6e chambre civile du tribunal de grande instance de Nanterre avait nommé un expert, qui devait donner son avis sur plusieurs points, notamment sur l'existence d'une éventuelle "surfacturation" et sur "les prix pratiqués" par l'eurodéputé auprès des candidats du FN.
   
M. Le Rachinel avait fait appel de cette décision.
   
Dans son arrêt que s'est procuré l'AFP, la cour d'appel considère notamment que "rien n'autorise à conclure que M. Le Rachinel aurait lors de la souscription des prêts litigieux +surpris la bonne foi des dirigeants du Front national dans une vaste opération financière visant à détourner à son profit une partie des actifs du Front national+".
   
"Mon client est pleinement satisfait de la décision de la cour d'appel", a déclaré à l'AFP l'avocat de M. Le Rachinel, Me Robert Apéry.
 

Première publication : 11/02/2009

COMMENTAIRE(S)