Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Epidémie d'ébola : des tests de vaccins concluants

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

JO : Pékin est la 1ère ville à accueillir les jeux d’été et les jeux d’hiver

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK et Groupe Etat Islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants à Calais : Paris et Londres unis mais démunis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

FOCUS

Brésil : des cours par visioconférence au cœur de l’Amazonie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le petit prince", du livre à l'écran

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Syrie : "L'Armée de la conquête" à la recherche de respectabilité

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

Economie

Volvo rejette le prêt du gouvernement français

Dernière modification : 11/02/2009

Le groupe suédois Volvo refuse le prêt de 500 millions d'euros proposé par le gouvernement français pour sa filiale Renault Trucks, en raison des conditions jugées trop contraignantes.

AFP - Le géant suédois des poids lourds Volvo n'a pas l'intention d'accepter le prêt de 500 millions d'euros proposé par le gouvernement français pour sa filiale Renault Trucks, en raison de conditions trop contraignantes, a-t-on appris mardi auprès d'un porte-parole du groupe.

"Les conditions fixées par le gouvernement français pour l'industrie automobile française (...) sont telles que nous ne les accepterons pas", a déclaré à l'AFP Maarten Wikforss, porte-parole de Volvo Group.

"Avec ces prêts il semble qu'il ne soit pas possible de supprimer des emplois ou de fermer une usine. Nous ne pouvons satisfaire à des conditions comme celles-ci", a-t-il dit, ajoutant que Volvo ne s'est pas vu formellement proposer un prêt de 500 millions d'euros.

"Nous avons été en discussions (avec le gouvernement français) mais on ne nous a pas proposé de prêt de 500 millions d'euros", a-t-il ajouté, sans vouloir donner plus de détails sur les discussions avec la France.

Il a également refusé de dire à quelles conditions Volvo pourrait accepter un prêt français.

Le gouvernement français a annoncé lundi 7,8 milliards d'euros d'aides pour sortir l'automobile de la crise, dont 6 milliards de prêts à taux préférentiels pour Renault et PSA Peugeot Citroën, en contrepartie d'engagements de ne fermer aucun site français durant 5 ans et de "tout faire" pour éviter les licenciements.

Un prêt de 500 millions d'euros pour Renault Trucks, qui appartient à Volvo, figurait également parmi les propositions du gouvernement français.

Salué par les constructeurs français, le plan d'aide de la France a néanmoins été critiqué par ses partenaires européens.

A la Bourse de Stockholm, l'action Volvo a terminé mardi en baisse de 5,75% à 42,60 couronnes, dans un marché en baisse de 1,7%.

Le numéro 2 mondial des poids lourds, dont les ventes ont reculé de 22% et dont les commandes se sont effondrées de 82% au quatrième trimestre du fait de la crise économique, a annoncé la suppression de 5.800 emplois l'an passé.

Au cours de 2008 et 2009, ce sont au total 16.255 employés intérimaires, consultants et permanents qui auront quitté l'entreprise.

Sa filiale française Renault Trucks (ex-Renault Véhicules Industriels), acquise en 2001, emploie près de 14.000 personnes, en très grande majorité en France.
 

Première publication : 11/02/2009

COMMENTAIRE(S)