Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Volvo rejette le prêt du gouvernement français

Dernière modification : 11/02/2009

Le groupe suédois Volvo refuse le prêt de 500 millions d'euros proposé par le gouvernement français pour sa filiale Renault Trucks, en raison des conditions jugées trop contraignantes.

AFP - Le géant suédois des poids lourds Volvo n'a pas l'intention d'accepter le prêt de 500 millions d'euros proposé par le gouvernement français pour sa filiale Renault Trucks, en raison de conditions trop contraignantes, a-t-on appris mardi auprès d'un porte-parole du groupe.

"Les conditions fixées par le gouvernement français pour l'industrie automobile française (...) sont telles que nous ne les accepterons pas", a déclaré à l'AFP Maarten Wikforss, porte-parole de Volvo Group.

"Avec ces prêts il semble qu'il ne soit pas possible de supprimer des emplois ou de fermer une usine. Nous ne pouvons satisfaire à des conditions comme celles-ci", a-t-il dit, ajoutant que Volvo ne s'est pas vu formellement proposer un prêt de 500 millions d'euros.

"Nous avons été en discussions (avec le gouvernement français) mais on ne nous a pas proposé de prêt de 500 millions d'euros", a-t-il ajouté, sans vouloir donner plus de détails sur les discussions avec la France.

Il a également refusé de dire à quelles conditions Volvo pourrait accepter un prêt français.

Le gouvernement français a annoncé lundi 7,8 milliards d'euros d'aides pour sortir l'automobile de la crise, dont 6 milliards de prêts à taux préférentiels pour Renault et PSA Peugeot Citroën, en contrepartie d'engagements de ne fermer aucun site français durant 5 ans et de "tout faire" pour éviter les licenciements.

Un prêt de 500 millions d'euros pour Renault Trucks, qui appartient à Volvo, figurait également parmi les propositions du gouvernement français.

Salué par les constructeurs français, le plan d'aide de la France a néanmoins été critiqué par ses partenaires européens.

A la Bourse de Stockholm, l'action Volvo a terminé mardi en baisse de 5,75% à 42,60 couronnes, dans un marché en baisse de 1,7%.

Le numéro 2 mondial des poids lourds, dont les ventes ont reculé de 22% et dont les commandes se sont effondrées de 82% au quatrième trimestre du fait de la crise économique, a annoncé la suppression de 5.800 emplois l'an passé.

Au cours de 2008 et 2009, ce sont au total 16.255 employés intérimaires, consultants et permanents qui auront quitté l'entreprise.

Sa filiale française Renault Trucks (ex-Renault Véhicules Industriels), acquise en 2001, emploie près de 14.000 personnes, en très grande majorité en France.
 

Première publication : 11/02/2009

COMMENTAIRE(S)