Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le japonais SoftBank veut investir 50 milliards aux Etats-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angel Merkel, la stabilité dans la tourmente ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, championne des inégalités scolaires"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cazeneuve, ce "frère"

En savoir plus

LE DÉBAT

Manuel Valls quitte Matignon : dernier remaniement en France

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Rebsamen : "Un président sortant ne doit pas se soumettre à une primaire"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Rebsamen : "La clé, c'est d'avoir un seul candidat de la gauche"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Entreprises et droits de l'homme : les affaires avant tout ?

En savoir plus

FOCUS

Corée du Sud : la rue en passe de faire chuter la présidente Park Geung-Hye

En savoir plus

Economie EUROPE

Fillon défend le plan automobile français à Bruxelles

Vidéo par Elisabeth ALLAIN

Dernière modification : 12/02/2009

Taxé de protectionniste, le plan d'aide de la France à l'automobile est défendu par François Fillon à Bruxelles. Le 1er ministre français l'affirme "compatible avec les règles de la concurrence" européenne.

REUTERS - Le plan de soutien français au secteur automobile ne contient aucune mesure protectionniste, a déclaré jeudi François Fillon à Bruxelles.

 

Pour le Premier ministre français, les craintes suscitées au sein de l'Union européenne par ce plan présenté lundi à Paris sont infondées.

 

"Il n'y a aucune condition dans l'accord que nous avons passé avec les constructeurs qui ressemble de près ou de loin à de quelconques clauses protectionnistes", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse avec le président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso. Selon François Fillon, il n'y avait "pas d'autre solution que celle que nous avons choisie, c'est-à-dire de prêter nous-mêmes à des taux d'intérêt du marché les sommes nécessaires pour que l'industrie automobile survive dans une crise extrêmement grave".

 

Plus globalement, le chef du gouvernement français a estimé que les perspectives de redémarrage de l'économie européenne s'éloignaient.

 

Première publication : 12/02/2009

COMMENTAIRE(S)