Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

FRANCE

Le maïs Monsanto serait sans danger, selon l'Afssa

Vidéo par FRANCE 2

Dernière modification : 12/02/2009

Le maïs génétiquement modifié de Monsanto, dont la culture est suspendue en France, ne présenterait pas de danger pour la santé humaine, selon un rapport, jusqu'ici tenu secret, de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments.

AFP - Le maïs génétiquement modifié du semencier américain Monsanto, dont la culture a été suspendue en France l'an dernier, ne présente pas de danger pour la santé humaine, selon un avis de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments, révélé par Le Figaro mercredi.

"L'Afssa considère que les éléments du rapport Le Maho (...) n'apportent aucun élément nouveau qui remettraient en cause la sécurité des maïs portant l'évènement (le transgène) MON 810", selon le site internet du quotidien qui cite l'agence.

Le Figaro précise que l'avis "attendu en octobre" n'a été signé par "Pascale Briand, la directrice de l'agence, que le 23 janvier dernier, soit avec trois mois de retard" et maintenu secret depuis.

Début novembre, les autorités sanitaires européennes avaient estimé infondé le maintien d'une clause de sauvegarde en France contre le maïs MON810. Monsanto avait alors jugé "difficile à comprendre" le maintien de la clause de sauvegarde.

Invoquant "le principe de précaution", le gouvernement français avait interdit début février 2008 la culture de cette semence transgénique et déclenché auprès de l'Union européenne la clause de sauvegarde, suivant ainsi l'avis de la Haute autorité provisoire sur les organismes génétiquement modifiés (OGM).

Le mois suivant, Monsanto avait tenté sans succès de faire lever la mesure devant le Conseil d'Etat.

Avant son interdiction, le MON810 était le seul OGM cultivé en France.
 

Première publication : 12/02/2009

COMMENTAIRE(S)